Par peur de l'EI, l'exode de 5.000 chrétiens assyriens

  • A
  • A
Par peur de l'EI, l'exode de 5.000 chrétiens assyriens
@ AFP/WELAYAT RAQA
Partagez sur :

Après les massacres subis ces dernières semaines par les chrétiens d'Orient, c'est au tour des minorités chrétiennes assyriennes de fuir la zone tenue par l'organisation de l'Etat islamique dans le nord-est de la Syrie.  

L'exode pour 5.000 personnes à travers la Syrie. Ils sont pourchassés, persécutés, parfois exécutés ou crucifiés. Les chrétiens d'orient vivent des moments difficiles en Libye, en Egypte, en Irak ou en Syrie depuis plusieurs semaines, à tel point que sur Europe 1 mercredi, l'académicien Jean d'Ormesson a appelé à la mobilisation internationale pour les aider. Depuis, un millier de familles chrétiennes assyriennes ont fui leurs foyers dans le nord-est de la Syrie, après que des dizaines d'entre eux ont été enlevés par les forces du groupe Etat islamique (EI). "Près de 800 familles sont réfugiées depuis lundi dans la ville de Hassaké et 150 dans celle de Qamichli, soit près de 5.000 personnes", a dit Oussama Edward, directeur du Réseau assyrien des droits de l'Homme basé en Suède.

Les Assyriens, une communauté millénaire. Depuis lundi, les djdihadistes ont pris en otage 90 Syriens membres de la communauté assyrienne dans la province de Hassaké, frontalière de la Turquie et de l'Irak, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). D'après Oussama Edward, le nombre des otages "en grande majorité des femmes, des enfants et des personnes âgées, est entre 70 et 100 personnes", dont 25 à 30 ont été enlevées dans la localité de Tall Jazira. Les Assyriens sont parmi les plus anciennes communautés converties au christianisme. 

"Ils en font des boucliers humains". Oussama Edward a précisé que les villages avaient été auparavant menacés par l'EI qui leur a intimé d'enlever les croix sur les églises. "Les gens s'attendaient à une attaque, mais ils pensaient que l'armée syrienne, postée à 30 km de là, les Kurdes ou les frappes de la coalition les protégeraient". "Ils ont pris ces otages pour en faire des boucliers humains", a-t-il poursuivi en précisant que femmes et enfants avaient été "répartis" dans plusieurs maisons à Chaddadé. Et face aux Kurdes qui les combattent, l'EI tentera d'échanger ses otages contre des prisonniers djihadistes.

La France condamne. Selon lui, les forces de l'Etat islamique cherchent à s'emparer de la localité de Tall Tamer proche d'un pont surplombant le fleuve et qui est importante pour pouvoir rejoindre la frontière irakienne à partir de la province d'Alep, dans le nord du pays. La France a pour sa part condamné mercredi l'enlèvement des chrétiens par l'EI, dénonçant le "nouvel acte criminel d'un groupe terroriste". 

>> LIRE AUSSI - Que peut faire l'ONU contre l'Etat islamique ?

>> LIRE AUSSI - Violé, vendu, tué, être enfant sous le joug de l'Etat islamique

>> LIRE AUSSI - L'engagement du Charles de Gaulle contre l'EI, une "montée en puissance" importante