Trois jambes, trois mains… la couverture de Vanity Fair n'en finit pas de faire jaser

  • A
  • A
Trois jambes, trois mains… la couverture de Vanity Fair n'en finit pas de faire jaser
@ Vanity Fair
Partagez sur :

Le logiciel de retouche Photoshop est à utiliser avec parcimonie… Le magazine Vanity Fair l'a appris à ses dépends après la parution d'une série de photos où les stars américaines Oprah Winfrey et Reese Witherspoon ont quelque peu… muté.

"Bon, tout le monde le sait maintenant… J'ai trois jambes", s'amuse l'actrice Reese Witherspoon sur Twitter. "J'espère que vous m'acceptez encore pour ce que je suis". La dernière couverture du magazine prestigieux Vanity Fair a créé l'hilarité sur la toile avec sa photo annuelle rassemblant le gratin d'Hollywood. Cette photo d'ensemble rassemblant Oprah Winfrey, Tom Hanks, Robert de Niro et Nicole Kidman entre autres stars a été abondamment retouchée pour rendre tous les acteurs plus beaux que nature... oubliant au passage, semble-t-il, d'effacer une jambe en trop.

Après le tweet de Reese Witherspoon, la reine de la télévision américaine Oprah Winfrey, assise à côté d'elle sur la photo et qui lui entoure la taille, a à son tour tweeté : "J'accepte ta troisième jambe. Tout comme je sais que tu acceptes ma troisième main".

Sur un autre cliché de la série prise par la photographe vedette Annie Leibovitz, à présent retirée du site Internet de Vanity Fair, la productrice, présentatrice et actrice semble en effet avoir trois mains : une sur sa taille, une sur celle de Reese Witherspoon, et une autre… sur sa propre jambe. Ces bavures amusaient beaucoup les internautes vendredi : "imaginez les millions de dollars qui ont été dépensés pour enlever numériquement la troisième jambe de Reese Witherspoon de films et émissions de télévision toutes ces années", plaisante ainsi le journaliste de la BBC Mark Savage sur Twitter.

La réponse mi-gênée, mi-amusée, de Vanity Fair. Le célèbre magazine américain s'est défendu en affirmant également sur le réseau social que "nous aurions adoré avoir l'exclusivité sur les trois jambes de Reese mais malheureusement c'est juste la doublure de sa robe". Quand aux mains d'Oprah, la rédaction de Vanity Fair n'a eu d'autres solutions que de botter en touche : "comment peut-on attendre qu'elle gère tout avec juste deux mains ?".

Accusé, James Franco écarté de la fameuse une

La revue spécialisée The Hollywood Reporter a écrit vendredi que James Franco, qui a reçu un Golden Globe pour sa performance dans son film The Disaster Artist, devait initialement être inclus sur la couverture du très glamour "numéro spécial Hollywood". Il a posé pour la photographe Annie Leibovitz mais après les accusations de cinq actrices affirmant entre autres qu'il les a poussées exagérément à tourner nues, Vanity Fair a renoncé à le faire figurer sur sa une, d'après The Hollywood Reporter, qui cite un porte-parole de Vanity Fair.