Pour démarrer son car, le chauffeur fait souffler des élèves dans l'éthylotest

  • A
  • A
Pour démarrer son car, le chauffeur fait souffler des élèves dans l'éthylotest
Les faits remontent au 14 décembre dernier à Bracieux dans le Loir-et-Cher, près de Blois. Image d'illustration.@ GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :

Cet homme, qui a depuis démissionné de l'entreprise qui l'employait, a été condamné mercredi à deux amendes d'un total de 370 euros. 

Un ex-chauffeur de car scolaire a été condamné à des amendes par le tribunal de police de Blois pour avoir demandé à des élèves de souffler à sa place dans l'éthylotest antidémarrage de son car scolaire, a-t-on appris mercredi.

Deux jeunes sollicités. Les faits remontent au 14 décembre dernier à Bracieux dans le Loir-et-Cher, près de Blois, quand Dominique, chauffeur de car scolaire de 51 ans, demande à deux élèves de souffler dans l'éthylotest antidémarrage obligatoire sur les autocars. Pour que le car démarre, le taux d'alcoolémie du conducteur doit être inférieur à 0,2 gramme d'alcool par litre de sang. Un premier enfant a soufflé mais pas suffisamment longtemps pour déverrouiller le système. Le chauffeur a alors demandé à son grand frère de prendre le relais. Le collégien s'est exécuté et, cette fois, le car a pu démarrer. 

"Pour plaisanter". "C'était pour plaisanter, le car était déjà démarré. Ces deux frères sont les fils d'un gendarme, ce sont eux qui ont demandé à souffler, je n'ai rien à me reprocher", a affirmé à la barre Dominique, en assurant ne pas avoir bu une goutte d'alcool avant son service. Pourtant, d'après des collégiens, il aurait confessé avoir consommé deux bières.

Coups de klaxon et bras en l'air. Des passagers ont en outre déclaré que le chauffeur du car roulait vite au point qu'une élève, inquiète, a dû lui demander de lever le pied. L'un des enfants a même dit avoir consulté le GPS de son smartphone qui aurait affiché une vitesse de 107 km/h. "C'est faux, je n'ai jamais dépassé les 90", s'est défendu le conducteur.  La présidente évoque également des coups de klaxon intempestifs et un épisode où le chauffeur aurait lâché son volant des mains pour impressionner la galerie, des faits contestés par le prévenu.  "Alors il s'agit d'une hallucination collective car tous les enfants rapportent les mêmes faits", lui a rétorqué la présidente du tribunal.

Condamné à deux amendes. Une fois arrivés à bon port, les enfants se sont confiés à leurs parents atterrés, ce qui a rapidement déclenché une enquête. Le conducteur a été suspendu par son employeur, puis a démissionné.  Le tribunal l'a condamné à deux amendes d'un total de 370 euros, conformément aux réquisitions du parquet.