A Bruges, un pipeline de 3km pour faire circuler la bière !

  • A
  • A
Partagez sur :

La bière va couler à flots sous la ville dès septembre. Le pipeline va être financé de manière participative, avec un argument de poids : les plus gros donateurs auront une bière par jour, à vie.

REPORTAGE

On connaissait les pipelines pour le gaz ou le pétrole, mais pas ceux pour... la bière. La Belgique innove. Cela se passe à Bruges, où un pipeline de 3 km sous la ville est en train d'être construit pour acheminer la bière de l'usine d'embouteillage jusqu'à la brasserie Halve Maan.

Vélos et calèches contre poids lourds. L'objectif n'en est pas moins très sérieux. Il s'agit d'éviter le passage des camions dans les rues de la ville, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Les petites rues pavées de Bruges, la Venise du Nord, ne sont pas faites pour les camions. Vélos et calèches traditionnelles sont obligés de zigzaguer entre les poids lourds. Pour les habitants, le pipeline est bienvenu, comme le confirme une commerçante : "C'est une bonne chose, on a eu beaucoup de pagaille avec les camions et les constructions. C'était très énervant, les camions étaient parfois devant notre porte. Mais maintenant, espérons que ce soit fini." 

4.000 litres par heure sous les pieds des passants. 4.000 litres de la bière blonde Le fou de Bruges vont passer chaque heure sous les rues de la ville pour être embouteillés dans une zone industrielle. Le pipeline est le meilleur moyen pour la propriétaire Véronique Mas, de rester en centre-ville. "Cela fait partie de notre histoire, de notre authenticité. Notre bière a toujours été brassée ici. Nous sommes ici depuis des siècles et nous voulons continuer cette tradition." 

Une bière par jour gratuite à vie. A l'idée que la bière va couler à flots dès septembre sous leurs pieds, les touristes sont enchantés. "C'est amusant, c'est marquant, intelligent. C'est de la bière, c'est belge", s'enthousiasme l'un d'eux. Pour financer ce projet de 4 millions d'euros, la brasserie a fait appel au financement participatif. Elle n'a pas eu de mal à convaincre : les plus gros donateurs se verront offrir une bière par jour jusqu'à la fin de leur vie.