Yvelines : une quinzaine de coups de feu tirés en l'air à proximité d'écoles

  • A
  • A
Yvelines : une quinzaine de coups de feu tirés en l'air à proximité d'écoles
Partagez sur :

INCIDENT - Un homme d'une trentaine d'années, qui tirait en l'air avec un pistolet à proximité d'établissements scolaires à Orgerus, dans les Yvelines, à l'ouest de Paris, a été interpellé et placé en garde à vue mardi. 

Le suspect, un homme d'une trentaine d'années, qui tirait en l'air avec un pistolet à proximité d'établissements scolaires à Orgerus, dans les Yvelines, à l'ouest de Paris, était armé d'une réplique d'un pistolet automatique "Mas G1", dont les forces de l'ordre sont traditionnellement équipées. L'homme a tiré une quinzaine de coups de feu dans la rue, mardi matin, dans cette commune de 2.300 habitants proche de Mantes-la-Jolie. Il a été interpellé et placé en garde à vue, mardi, a-t-on appris de source de gendarmerie. Le suspect, déjà connu des gendarmes pour des faits de violences, est présenté comme psychologiquement fragile, selon une source proche de l'enquête.

Les faits se sont déroulés entre une école primaire et un collège. "Cela a interpellé plusieurs témoins, qui nous ont prévenus, d'autant que [l'homme] se trouvait entre une école primaire et un collège", a expliqué une source de la gendarmerie des Yvelines. Le trentenaire a été interpellé quelques minutes plus tard. Sur lui, les enquêteurs ont également retrouvé un pied de biche et un pistolet à impulsion électrique.

L'homme est soupçonné d'être impliqué dans un départ de feu. Les enquêteurs le soupçonnent aussi d'être à l'origine d'un incendie de véhicules, qui s'était déclaré peu avant les coups de feu. Une voiture s'était alors embrasée, le sinistre se propageant à un camping-car, situé à proximité. La présence de bouteilles de gaz dans ce deuxième véhicule avait même conduit les pompiers à l'évacuation d'une quinzaine de personnes. 

Dimanche, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé qu'il présenterait prochainement un plan global "extrêmement offensif" pour lutter contre le trafic et la détention d'armes, après la fusillade qui a fait un mort et cinq blessés à Marseille.