Yvelines : un élu FN retrouvé mort menotté

  • A
  • A
Yvelines : un élu FN retrouvé mort menotté
@ DGPN-SICOP
Partagez sur :

Une enquête a été ouverte vendredi matin après la découverte du corps sans vie d'un élu de Mantes-la-Ville dans les Yvelines.

Un adjoint au maire de Mantes-la-Ville FN a été retrouvé mort à son domicile vendredi matin, torse nu et entouré d'objets attestant de pratiques sadomasochistes, sans que l'on connaisse pour l'heure la cause du décès, a indiqué le procureur de la République de Versailles vendredi. 

Trouvé par son chauffeur. Dominique Ghys, 63 ans, adjoint en charge des Sports, a été trouvé "gisant sur le ventre", peu avant 08h30, à son domicile de Mantes-la-Ville, par un employé municipal qui lui servait ordinairement de chauffeur le matin, a indiqué Vincent Lesclous. La porte étant "ouverte", l'agent de la ville avait pu pénétrer dans l'appartement, a précisé le magistrat lors d'une conférence de presse au palais de justice de Versailles. Pompiers et police secours se sont immédiatement rendus sur les lieux mais il était déjà trop tard : l'élu, retrouvé torse nu et en pantalon, "était mort depuis un certain temps déjà". 

Pas de trace de lutte, ni d'effraction. Dans son appartement, où il vivait seul depuis quelques jours, son épouse ayant été hospitalisée, point de trace de lutte, ni d'effraction. Sur son corps, pas de traces non plus de coups ni de lésions, récentes ou anciennes. L'élu gisait sur le tapis de son salon, "à même le sol, les bras repliés vers le haut" et à chaque poignet, il portait "une sorte de bracelet de force pourvu de manilles et d'anneaux métalliques". Il portait également "un collier autour du cou d'où partait une chaîne", mais "ses mouvements étaient libres, il n'était pas attaché au sens propre du terme", a précisé le magistrat.  

"Divers objets ou produits (...) ont été découverts autour du corps du défunt, qu'on peut rattacher sans équivoque à des pratiques sexuelles de type sadomasochistes et dans une pièce attenante au salon ont été retrouvés dans leur rangement divers objets attestant de pratiques usuelles de ce type", a-t-il poursuivi. 

"Très peu d'information sur sa vie personnelle". Reste à savoir si d'autres personnes se trouvaient avec l'élu au moment de sa mort, "qui remontait à plusieurs heures", selon Vincent Lesclous. Les enquêteurs, a-t-il dit, ne disposent pour l'instant que de "très peu d'informations sur sa vie personnelle". L'agent municipal qui a trouvé le corps a été entendu dans la journée. Une autopsie aura lieu lundi matin. Des prélèvements toxicologiques ont par ailleurs été effectués. La police judiciaire de Versailles est chargée de l'enquête, ouverte "en recherche des causes de la mort".