Violente explosion d'un immeuble à Boulogne-Billancourt, au moins 5 blessés

  • A
  • A
Violente explosion d'un immeuble à Boulogne-Billancourt, au moins 5 blessés
Les secours tentent d'établir le nombre de victimes potentielles de cette explosion.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Les premiers éléments indiquent qu'une fuite de gaz serait à l'origine de l'explosion d'un immeuble, vendredi, à Boulogne-Billancourt, en région parisienne.

Une violente explosion a secoué le centre-ville de Boulogne-Billancourt, vendredi après-midi, tout juste à l'extérieur de Paris. Un immeuble a été en partie soufflé par la déflagration et les secours cherchent à identifier les victimes. Selon les premiers éléments observés par les autorités, une fuite de gaz pourrait être à l'origine de l'explosion.

L'explosion a eu lieu vers 15H00, entraînant un incendie qui a pu être maîtrisé en moins d'une heure. Au moins huit véhicules des sapeurs-pompiers ont été dépêchés sur place, ainsi que des équipes du Samu, a indiqué la préfecture à l'AFP.

Trois blessés "en urgence absolue". Un premier bilan évoquait deux blessés. Il a été revu à la hausse par la police, qui évoque désormais au moins cinq victimes. Trois blessés ont été secourus par les pompiers en "urgence absolue", deux autres "en urgence relative", selon cette source. Deux des blessés ont pu s'extirper par eux-mêmes des décombres.



"Un énorme, énorme bruit". Deux des trois étages de cet immeuble se sont effondrés sous l'effet du souffle. Les immeubles alentour ont été évacués. "Plusieurs autres personnes ont été évacuées de l'immeuble", a indiqué une porte-parole de la préfecture, sans pouvoir en préciser le nombre dans l'immédiat.



Une voisine, Laure Daudou, qui habite au numéro 11, a expliqué à l'AFP avoir entendu "un énorme, énorme bruit" vers 15H00. "Je me suis dit que c'était un attentat", a raconté la jeune femme de 30 ans, qui a décrit cette artère de Boulogne, menant à l'Ouest parisien, comme "résidentielle" et "tranquille". Le bâtiment touché était un immeuble d'habitation, avec un commerce au rez-de-chaussée. Des travaux y étaient "en cours", selon une source policière.