Une maison plastiquée au sud d'Ajaccio

  • A
  • A
Une maison plastiquée au sud d'Ajaccio
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le propriétaire d'une résidence a réchappé lundi à un attentat qui a détruit sa maison.

Fait inhabituel en Corse, un attentat perpétué lundi a visé une habitation occupée. Dans la matinée, une maison située sur la commune de Coti-Chiavari à la pointe de la Castagna, sur la rive sud du golfe d'Ajaccio, a brûlé suite à une explosion d'origine criminelle. Une double détonation a été entendue aux alentours de 7h45.

Le propriétaire, un homme d'une soixante d'années originaire de la région parisienne, occupe sa villa six mois dans l'année. Il avait prévu de rentrer sur le continent en fin de semaine dernière mais a été retardé en raison des perturbations du trafic aérien.

Agé d'une soixantaine d'années, l'homme a été commotionné par deux explosions provoquées par des bouteilles de gaz couplées à des charges. Son état n’a cependant pas nécessité d’hospitalisation.

Attentat revendiqué par le FLNC

Sur un mur extérieur de la maison, l'inscription "Liberta per i patriotti. Soluzione pulitica. FLNC" (Liberté pour les patriotes. Solution politique. FLNC) a été tracée à la peinture noire. Selon les déclarations du propriétaire, sa voiture se trouvait devant la villa. Mais il a estimé que les poseurs de bombe avaient pu arriver par la plage et, ne voyant pas le véhicule, penser que la maison était inoccupée. L'enquête a été confiée à la gendarmerie.

Le 31 janvier, le FLNC a revendiqué 24 des 49 attentats commis en 2009 en Corse. Les actions revendiquées visaient essentiellement des résidences secondaires et des biens de l'Etat.