Paris : nouveau survol de drones, quatre hommes repérés

  • A
  • A
Paris : nouveau survol de drones, quatre hommes repérés
@ Capture YouTube
Partagez sur :

La capitale a une nouvelle fois été survolée par un drone, dans la nuit de mardi à mercredi. Mais cette fois-ci, quatre hommes ont été repérés.

L'info. C'est dans l'est de la capitale entre les portes de Bagnolet, de Montreuil et de Charenton que des témoins ont aperçu l'appareil à plusieurs reprises. Selon les informations d'Europe 1, il s'agirait d'un seul et même appareil. Le drone se serait posé porte de Vincennes, où des témoins ont vu quatre hommes le récupérer avant de s'engouffrer dans une voiture noire et de prendre la fuite. Ils sont actuellement recherchés par la police.

Pister le drone pour atteindre ses pilotes. Mais les responsables de ces vols sont très difficiles à interpeller, comme l'explique à Europe 1 Loic Le Couplier du syndicat de police Alliance : "Pour tomber sur les pilotes de ces engins, mes collègues essaient de suivre le drone pour voir où il va être récupéré. Mais tout cela est très aléatoire et les individus sont très discrets et prennent la fuite rapidement."

D'autant plus que ce phénomène est nouveau pour les enquêteurs, qui doivent s'adapter : "Ce n'est pas le type de délinquance auquel on est confrontés habituellement dans la capitale. On essaie d'attraper les auteurs, mais on ne sait pas trop qui l'on va trouver puisque personne n'a encore été interpellé", poursuit-il.

1.000 euros d'amende pour un journaliste d'Al-Jazeera.  Personne, à l'exception de trois journalistes de la chaine qatarie d'information Al-Jazeera, arrêtés en flagrant délit la semaine dernière alors qu'ils pilotaient, dans le cadre d'un reportage, un drone dans le bois de Boulogne, à Paris. Agés de 34 ans, 52 ans et de 68 ans, les trois hommes avaient été placés en garde à vue avant d'être libérés. Le pilote a été condamné, mardi, à 1.000 euros d'amende et l'engin, fourni par le bureau londonien de la chaine, a été confisqué.

60 survols. Depuis le début du mois d'octobre 2014, ce ne sont pas moins de 60 survols d'aéronefs qui ont été comptabilisés en France, à Paris mais aussi au-dessus de centrales nucléaires. Rien que depuis la semaine dernière, plus d'une dizaine de ces modèles réduits volants ont été signalés dans le ciel de la capitale.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la police a reçu "une dizaine de signalements" concernant des vols au-dessus de Paris. Les autorités doivent néanmoins "déterminer si tous les signalements correspondent à de réels vols de drones", a ajouté cette source policière, sans préciser où ils avaient été constatés. Parmi ces signalements, "trois sont considérés comme assez crédibles", a assuré cette source.

>> LIRE AUSSI - Qui sont les "dronistes", ces "fous" de drones ?

Mercredi matin encore, vers 5h30, deux patrouilles de police ont affirmé avoir vu "quelque chose" dans le ciel de Paris. L'une parle d'un drone, l'autre d'un avion. Toute la difficulté est en effet de bien identifier ces engins volants.

Des mesures de sécurité. L'affaire préoccupe en tout cas le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui  a annoncé qu'il allait prendre des mesures pour  tenter de contrôler ces drones qui survolent des zones interdites. Des puces pourraient ainsi être installées dans ces appareils afin de les rendre détectables ou des systèmes de brouillage pourraient être mis en place pour les stopper en plein ciel.

>> LIRE AUSSI - Drones : ce que permet la loi