Un médecin de 35 ans bientôt jugé pour détention et partage d’images à caractère pédopornographique

  • A
  • A
Un médecin de 35 ans bientôt jugé pour détention et partage d’images à caractère pédopornographique
En garde à vue, l'homme a avoué son attirance pour les images à caractère pédopornographique.@ AFP
Partagez sur :

Des centaines de photos pédopornographiques ont été retrouvées dans les fichiers de ce chef des urgences d'un hôpital du nord de la France.

INFO EUROPE 1

Dans le nord de la France, le chef des urgences d'un hôpital près de Lille a été interpellé et mis en examen. Ce médecin d'une trentaine d'années est soupçonné d'avoir téléchargé et échangé des images à caractère pédopornographique sur internet, selon les informations d'Europe 1. Des centaines de fichiers ont été retrouvés chez lui par les enquêteurs.

Repéré depuis les Etats-Unis. C'est depuis les Etats-Unis que le médecin a été repéré. En janvier dernier, l'un des géants du web détecte un échange de fichiers illégaux : un utilisateur qui télécharge des images à caractère pédopornographique. La firme a donc transmis tous les renseignements au centre américain de lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants (NCMEC). Grâce à son adresse IP, les responsables ont pu localiser cet internaute dans le nord de la France. Ils ont alors envoyé son signalement au siège de la police judiciaire, à l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP).

Père de famille. Mercredi matin, les enquêteurs sont allés l'interpeller chez lui. En perquisition à son domicile, les policiers ont saisi ordinateur et disques durs avec, à l'intérieur, des centaines de photos téléchargées, mettant en scène des jeunes filles. D'après nos informations, le suspect est un père de famille de 35 ans. Mais c'est aussi un professionnel de santé, chef des urgences d'un hôpital public près de Lille. 

Interdiction d'entrer en contact avec des mineurs. Au cours de sa garde à vue, qui a duré une trentaine d'heures dans les locaux de la PJ lilloise, l'homme a tout de suite reconnu les faits et avoué son attirance pour ce type d'images impliquant de très jeunes adolescentes.  Il sera prochainement convoqué devant le tribunal pour être jugé. Dans l'intervalle, il a été placé sous contrôle judiciaire avec notamment l’interdiction d’entrer en contact avec des mineurs, y compris dans l’hôpital où il exerce.