Vézelay : un forcené blesse des lycéens et se fait interpeller

  • A
  • A
Vézelay : un forcené blesse des lycéens et se fait interpeller
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un homme, âgé de 49 ans a tiré sur un groupe de lycéens en visite scolaire, vendredi matin, à Vézelay, dans l'Yonne.

L'INFO. L'homme présenterait des troubles psychiatriques. Un homme, âgé de 49 ans a tiré sur un groupe de lycéens parisiens en visite scolaire, vendredi matin, à Vézelay, dans l'Yonne. Un jeune a été grièvement blessé et une autre personne plus légèrement. Les victimes sont âgées de 16 et 17 ans.

Le tireur, un quadragénaire connu dans le village, et souffrant de troubles psychiatriques, s'est retranché à son domicile après les faits. Mais a été interpellé par les gendarmes du PI2G de Dijon vers 13h30, après trois heures de négociation.

Deux lycéens blessés. Vendredi peu après 8 heures, les pompiers ont été alertés peu après que ce forcené eut tiré sur le groupe d'une trentaine de personnes, dans une boulangerie. Le suspect a notamment tiré sur un jeune avec un fusil de chasse, dans la rue, le blessant grièvement au thorax, selon Le Bien Public.

Une jeune fille a également été touchée, selon Olivier Duchesnoy, le proviseur de leur lycée parisien. Les deux victimes ont été hospitalisés. Le pronostic vital du jeune grièvement blessé n'est pas engagé. Un troisième élève, choqué mais non blessé, a également été transporté à l'hôpital.

Retranché chez lui. Après avoir tiré, l'homme s'est retranché chez lui, à trois kilomètres. Les services de gendarmerie ont tenté sur place de négocier sa reddition. Les gendarmes avaient établi un périmètre de sécurité. Finalement les gendarmes du PI2G de Dijon sont parvenus à l'interpeller. Selon le parquet, le tireur n'a pas de lien avec les victimes et a tiré au hasard. Il a été interné. 

"J'ai eu très peur". Jean-Philippe, qui habite juste à côté de la boulangerie, a entendu le coup de feu. "Je suis descendu dans ma cuisine, qui donne sur la rue à côté de la boulangerie. J'ai vu le type, avec le fusil à la main, qui repartait", a témoigné Jean-Philippe au micro d'Europe1. "Il ne m'a pas vu. J'ai juste eu le temps de reculer. J'ai eu très peur, pensant qu'il avait tué la boulangère", a-t-il ajouté. 

Le tireur connu dans le village. Alain, le tireur, un marginal déjà interné, est connu de tous à Vézelay. Ces derniers temps, il était particulièrement agressif, selon certains villageois. Antoine, un habitant du village, le connait depuis vingt ans : "Il fait 120 kilos, il est un peu fort, et un peu allumé, c'est sûr". "On le voyait tous les jours, il s'emportait un peu vite, c'est sûr, mais on pouvait parler avec lui. Le problème, c'est qu'il avait des médicaments très lourds, il avait des problèmes d'alcool. Depuis quelques semaines, les rares fois que les gens le voyaient, il était agressif, on sentait qu'il était paranoïaque", a ajouté Antoine, interrogé par Europe1. 

Les élèves rapatriés à Paris. Les victimes étaient en visite scolaire à Vézelay, selon un communiqué du ministère de l’Éducation. Ils sont scolarisés dans le lycée privée de Saint-Thomas-d'Aquin, dans le 7e arrondissement de Paris.

Une cellule de soutien a été mise en place à Vézelay ainsi que dans l'établissement scolaire où s'est rendue la maire de Paris, Anne Hidalgo. Les élèves participant au séjour sont arrivés à Paris, accueillis par la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem.