Un Français fiché S dans l'Eure accepte d'être extradé

  • A
  • A
Un Français fiché S dans l'Eure accepte d'être extradé
Le jeune homme de 18 ans avait été arrêté le 28 septembre dernier alors qu'il tentait de rejoindre la Turquie en passant par la Bulgarie. Il serait "expert en explosifs". Image d'illustration. @ AFP
Partagez sur :

Le jeune homme de 18 ans avait été arrêté le 28 septembre dernier alors qu'il tentait de rejoindre la Turquie en passant par la Bulgarie. Il serait "expert en explosifs". 

Un jeune Français radicalisé originaire de l'Eure, dans l'ouest, qui avait cherché à gagner la Turquie en violation de son contrôle judiciaire a accepté mercredi d'être extradé vers la France, a annoncé le parquet régional de Haskovo. Le ressortissant français, qui a également un passeport canadien, "a donné son accord en vue de son extradition vers la France, conformément au mandat d'arrêt européen. Le tribunal doit se prononcer le 11 octobre, à l'expiration du délai légal de rétractation", selon le parquet.

"Expert en explosif". L'intéressé "a catégoriquement déclaré qu'il avait pris sa décision de son propre gré", a ajouté la source. Selon l'agence publique BTA, le jeune Français a affirmé devant le tribunal qu'il était "expert en explosifs", ce que son avocat a mis en doute.

Un jeune homme fiché S. L'homme âgé de 18 ans originaire de Val-de-Reuil, dans l'Eure, converti à l'islam et fiché S, était placé en septembre sous contrôle judiciaire en France en raison d'un comportement suspect alors qu'il rôdait dans l'université de Rouen. Ayant pris la fuite en voiture, il a été arrêté le 28 septembre, alors qu'il voulait passer de Bulgarie en Turquie. Son avocat Maître Vesko Gueorguiev a récemment affirmé devant des journalistes que l'objectif du voyage était "touristique".

La Bulgarie : une route vers le djihad.La Bulgarie est régulièrement traversée par des candidats européens au djihad tentant de rejoindre la Syrie par la route via la Turquie, un parcours moins repérable que la voie aérienne. En août, la Bulgarie avait remis à la France Mourad Hamyd, beau-frère de l'un des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris, Chérif Kouachi. Hamyd avait également été interpellé à la frontière bulgaro-turque, sur le soupçon de vouloir rejoindre les rangs de l'organisation Etat islamique.