Une enquête ouverte après le contrôle d'identité d'un handicapé

  • A
  • A
Une enquête ouverte après le contrôle d'identité d'un handicapé
L'homme a dû retirer ses prothèses sur le quai de la gare. @ Capture d'écran vidéo Facebook "Bko Malinké"
Partagez sur :

Soumis à un contrôle d'identité par la police, un handicapé a retiré ses prothèses sur le quai de la gare pour prouver sa bonne foi. 

VIDEO

Il se dit humilié. Un homme handicapé, privé de ses deux jambes et de son bras gauche, a été soumis à un contrôle d'identité par des policiers à la station de métro de la gare de Lyon, à Paris, lundi. Sur les images d'une vidéo amateur postée sur Facebook, l'homme est assis par terre, démuni de ses prothèses posées à côté de lui, face aux policiers qui se tiennent debout devant lui. François Bayga a expliqué aux "Observateurs" de France 24 s'être "senti complètement humilié" alors que les policiers l'auraient poussé à retirer ses prothèses après une fouille. 

Accusé d'avoir volé son téléphone. Selon son témoignage confié à France 24, c'est alors qu'il cherchait un train pour rejoindre la gare du Nord que des policiers lui ont demandé ses papiers. François Bayga a alors enlevé son sac à dos pour les leur montrer, mais n'avait pas tous ses papiers sur lui car sa demande de papiers est "encore en attente à la préfecture". "Ils m'ont alors répondu que je n'avais rien à faire dans la gare", explique-t-il. Il assure aussi avoir été accusé par les policiers d'avoir volé son téléphone, ce qui l'a énervé, reconnaît-il.

Le policier lui tire sur sa jambe. "J'ai été plaqué contre le mur et tandis que je me débattais l’un des policiers me tirait la jambe. Il voulait savoir ce que j’avais sur moi, je leur ai dit plusieurs fois "ce sont des prothèses". Ils ont insisté pour me fouiller. J’ai alors tout enlevé. Je me suis assis par terre pour leur montrer qu’ils avaient eu ce qu’ils voulaient", détaille-t-il.

Le témoin qui a filmé la scène, Jean-Didier Bakekolo, explique s'être "retrouvé devant une fouille avec une brutalité inouïe. Malgré les explications de l'intéressé, les agents présents à cet effet l'ont obligé (à) se dénuder, le pauvre s'est retrouvé sans prothèse afin de prouver sa coopération aux yeux de la loi, le monsieur a été malmené jusqu'à se mettre assis par terre sans ses vêtements."

Il urinait sur le quai et aurait retiré ses prothèses. François Bayga a porté plainte et une enquête a été ouverte, selon la préfecture de police. Une source policière a assuré à Europe 1 que l'homme était en train d'uriner sur le quai de la gare et que les policiers l'ont alors contrôlé et verbalisé. Agité, il aurait de lui-même retiré ses prothèses.