Un cadre du FN jugé pour avoir brûlé des voitures

  • A
  • A
Un cadre du FN jugé pour avoir brûlé des voitures
@ capture d'écran
Partagez sur :

Adrien Desport aurait brûlé ces voitures dans sa commune en avril dernier pour mieux y dénoncer l'insécurité. Il comparaît mercredi devant le tribunal correctionnel de Meaux.

Il aurait brûlé des voitures dans sa propre commune pour mieux y dénoncer l'insécurité. Adrien Desport, ancien cadre du Front national en Seine-et-Marne, comparait mercredi, avec cinq autres militants FN, devant le tribunal correctionnel de Meaux pour avoir brûlé 13 voitures dans la nuit du 7 au 8 avril dernier à Mitry-Mory. Il devait être jugé en comparution immédiate juste après les faits mais avait sollicité un renvoi pour se défendre. 


MISE A JOUR - Le 15 juillet, Adrien Desport a reconnu, devant le tribunal correctionnel de Meaux, "avoir honte" de ce qu'il avait fait. "J'ai eu une prise de conscience. Cela fait trente-six jours que je suis en détention avec des personnes qui ont commis des assassinats. J'ai été menacé. Je salue le travail de l'administration pénitentiaire qui m'a mis sous protection, dans 5 mètres carrés, seul", a-t-il déclaré. 

"J'ai rendu des services à ses grands-parents avec cette voiture". En cette nuit d'avril, les habitants de Mitry-Mory sont réveillés par plusieurs voitures en feu. Du jamais vu dans certains quartiers pavillonnaires plutôt tranquilles. Mais le plus stupéfiant pour Wilfried Riodin, l'une des victimes, survient quand il apprend que l'incendiaire en question se nomme Adrien Desport. Un jeune homme qui n'est autre que le petit fils de ses voisins. "Je le connais très bien, j'étais un petit peu étonné. En plus c'est la voiture avec laquelle j'ai rendu des services à ses grands-parents, en les déposant à l'aéroport au moins cinq ou six fois", déplore-t-il au micro d'Europe 1.

fnvoituresbrulées

"Ce sont des méthodes de voyous". Cette série d'incendies se produit à la veille de la désignation du maire en conseil municipal. Dans la foulée, Adrien Desport se rend sur les lieux du sinistre pour y tracter en dénonçant l'insécurité dans la ville. Il en va de même sur les réseaux sociaux, qu'il inonde. Quand le pot au roses est découvert, la colère monte à la mairie. 

"On veut déstabiliser la commune", s'emporte la maire communiste Charlotte Blandiot-Farid. "Au départ, on est extrêmement choqué parce que l'on sait que certaines pratiques politiques mènent à cela. Mais que les responsables politiques soient eux-mêmes les auteurs, cela devient assez hallucinant", regrette l'édile. "On lui a donné le nom de pompier pyromane, cela lui va extrêmement bien. Ce sont des méthodes de voyous. Cela va conforter l'idée qu'au Front National, on a des pratiques irrégulières et très peu républicaines", poursuit-elle.

Depuis, Adrien Desport a été suspendu par son parti. Il a en revanche attendu son procès en détention provisoire.