Trafic : après le go-fast, place au go-slow

  • A
  • A
Trafic : après le go-fast, place au go-slow
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les trafiquants de drogue expérimentent une nouvelle méthode pour acheminer la marchandise.

Le go-fast (aller vite), technique utilisée jusqu’ici par les trafiquants de drogue est en train d’être remplacée par une nouvelle méthode, le go-slow. Soucieux de toujours se renouveler, les délinquants expérimentent un nouveau mode opératoire. Les gendarmes de Pau viennent de mettre un coup d'arrêt à un trafic de drogue présumé sur ce type, dimanche.

Avec la technique du go-slow, on trouve toujours une voiture ouvreuse et un véhicule chargé du transport, arrivant derrière. Mais pas question de rouler à toute vitesse. Bien au contraire. Il s’agit justement de prendre son temps, d’emprunter au maximum les réseaux secondaires dans l’espoir de passer inaperçu. L'inverse du go-fast en résumé.

Le go-fast pendant des années

Jusqu’ici, le go-fast avait bien fait ses preuves. De puissants véhicules, l'un servant à transporter les marchandises, l’autre servant d’"éclaireur" roulant à tombeau ouvert sur l’autoroute. La mission de ces étranges transporteurs ? Ne pas s’arrêter pour convoyer la marchandise le plus vite possible et déjouer les barrages policiers.

Une technique rôdée depuis des années, qui a d’ailleurs inspiré un film policier en 2007, avec Roschdy Zem :

Mais les adeptes du go-slow doivent encore s'améliorer. Après plusieurs mois de recherches, les gendarmes de Pau ont repéré les itinéraires empruntés par les trafiquants. Et ont réussi à prendre les auteurs du trafic, en flagrant délit, dimanche dernier. Bilan de la prise ? 47 kilos de cannabis et trois kilos d’amphétamine saisis.