Tirs dans un Thalys : pour son avocate, le suspect "est dans l'incompréhension"

  • A
  • A
Tirs dans un Thalys : pour son avocate, le suspect "est dans l'incompréhension"
Ayoub El Khazzani est le principal suspect du carnage évité du Thalys@ AFP
Partagez sur :

Sophie David, l'avocate qui a assisté Ayounb El Khazzani à Arras, décrit un homme étonné. "Son étonnement n'était, selon moi, pas feint", dit-elle au micro d'Europe 1.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

36 heures après son arrestation, Ayoub El Khazzani est toujours muré dans le silence dimanche. Avant d'être transféré à la Sous-direction antiterroriste près de Paris, le Marocain de presque 26 ans a été entendu par les enquêteurs à Arras, où s'est arrêté le Thalys dans lequel un carnage a été évité. Sophie David, l'avocate qui l'a assisté lors des premiers instants de sa garde à vue, raconte à Europe 1 avoir découvert un homme qui "est dans l'incompréhension totale de l'ampleur de l'histoire". "C'est moi qui lui ai appris que son histoire était médiatisé. Son étonnement n'était, selon moi, pas feint", continue-t-elle. 

Sophie David décrit le suspect : "Ce n'est pas quelqu'un qui revendique, qui est sur de lui et qui s'affirme. Il n'est pas du tout dans cette attitude." Ayoub El Khazzani faisait l'objet, depuis février 2014, d'une fiche "S" auprès des services de renseignements français après avoir été signalé par les autorités espagnoles en raison de son appartenance à la mouvance islamiste radicale. 

La version d'El Khazzani. L'avocate rapporte l'explication donnée par Ayoub El Khazzani pour justifier son geste. "ll a pensé faire un braquage pour pouvoir se nourrir", a-t-elle redit de celui qui dormait dans un jardin public près de la gare de Bruxelles, où il aurait trouvé une valise pleine d'armes - notamment la kalachnikov et le pistolet automatique retrouvés sur lui dans le Thalys 9364. "Des SDF lui auraient dit que, dans ce train, il y avait de l'argent" à voler. Il lui a pris l'idée de monter et d'essayer de braquer les gens pour trouver de l'argent pour se nourrir". 

Pour lui, "il ne s'est rien passé" à bord de Thalys où deux personnes ont été gravement blessées. "La kalachnikov n'a pas fonctionné, il a été maîtrisé immédiatement. Il n'y a eu aucun coup de feu", alors qu'un Franco-Américain a été blessé par balle au niveau du thorax. Selon les propos que rapporte son avocate, Ayoub El Khazzani soutient être "monté [dans le train] pour braquer les gens et on [l]'a immédiatement maîtrisé".

"Des incohérences". "Il nie toute activité terroriste. Il dit que ce n'est pas le cas, qu'il n'y a rien", a-t-elle déclaré au sujet de celui qui se serait rendu en Syrie au mois de mai, d'après les services antiterroristes espagnols. Pour autant, "on ne peut pas dire qu'il est dans le déni. Il est dans l'incompréhension", analyse-t-elle. D'après Sophie David "au vu de son organisation", cette théorie "est crédible. Il n'est pas possible qu'il ait été mandaté pour faire quoi que ce soit". "Manifestement, rien ne s'est passé comme il l'avait prévu". Pour autant, elle note "des incohérences dans son discours".

Un profil d'islamiste radicalisé. Une version qui laisse sceptiques les enquêteurs au vu du profil d'islamiste radicalisé du jeune homme. En France, la section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de l'enquête tandis que le parquet fédéral belge a ouvert une enquête sur "la base de la loi de la loi antiterrorisme".Désormais, les policiers vont donc tenter de recomposer l’emploi du temps du suspect dans les quelques heures précédent l'attaque du Thalys.