Suicide de l'instituteur de Villefontaine : "Ma fille ne sera jamais considérée comme une victime"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le directeur d'école de Villefontaine, soupçonné d'agressions sexuelles sur des enfants, s'est suicidé en prison. Un coup dur pour les parents des victimes.  

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Suicidé en prison. Il y a un an, les accusations portées contre un instituteur pédophile présumé de Villefontaine avaient suscité un véritable dégoût. Le directeur d’école, Romain Farina, était soupçonné d’agressions sexuelles sur des enfants. Il avait alors été mis en examen et placé en détention. Or, l'homme s’est suicidé dans sa cellule, a-t-on appris mardi matin. Il s’est pendu dans la nuit de lundi à mardi dans sa prison près de Lyon où il était incarcéré depuis un an.

Une première tentative de suicide l'été dernier. Romain Farina avait déjà fait une première tentative de suicide en août 2015, un appel au secours avait alors alerté ses proches à l’époque. Peut-être que ce sont les derniers éléments de l’enquête qui ont poussé le directeur d’école à ce geste. En effet, les policiers ont trouvé dans les combles de sa maison de nouveaux supports informatiques comme des disques durs. Quoiqu'il en soit, le ministère de la Justice a annoncé mardi matin que tout serait mis en œuvre pour faire la lumière sur les raisons de ce suicide.

"Je suis effondré". Et ce suicide met évidemment toutes les familles des victimes dans la colère puisqu'elle étaient dans l’attente d’un procès. Au total, cela représente beaucoup de familles. La justice a en effet dénombré 61 victimes âgées de cinq à sept ans. Parmi elles, on retrouve la fille de Monsieur Nidal. Celui qui était l’invité d’Europe midi mardi nous a fait part de son désarroi, "je suis effondré. Moi et l’ensemble des parents, nous attendions beaucoup de ce procès, on voulait des réponses à nos questions et on découvre aujourd’hui qu’on ne les aura jamais et c’est inacceptable pour nous", a-t-il expliqué.

"Une série de dysfonctionnements". "On se retrouve aujourd’hui dans une série de dysfonctionnements qui ont commencé dès 2001. En 2008 quand le magistrat n’avait pas transmis au ministère de l'Education les informations sur cet instituteur alors qu’il avait déjà sévi, nous aurions dû l’isoler. On a fait de nous des victimes collatérales. Finalement, on a remis le loup dans la bergerie", a-t-il raconté très attristé. Car en effet, le directeur de l’école de Villefontaine avait déjà été condamné en juin 2008 par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu à six mois de prison avec sursis avec obligation de soins pendant deux ans pour avoir téléchargé des images pédopornographiques.

"Une complicité de la magistrature". "On estime que c’est une complicité de la magistrature dans les actes de Monsieur Farina. Aujourd’hui, l’ultime pied de nez c’est qu’il arrive échapper à ses responsabilités en se suicidant et cela est inacceptable", a affirmé le père de la victime. "Nous, parents de victimes, nous demandons expressément à Monsieur le président de la République et au Premier ministre de venir nous expliquer comment Monsieur Farina a pu se suicider. Pourquoi y a t-il eu autant de dysfonctionnements ? Je leur laisse le soin d’aller expliquer à ma fille qu’elle ne sera jamais considérée en tant que victime et que cet instituteur a échappé à ses responsabilités", a réclamé Monsieur Nidal.