"Si on avait été à l'intérieur..." : le récit de l'attaque qui a coûté la vie à Xavier Jugelé

  • A
  • A
"Si on avait été à l'intérieur..." : le récit de l'attaque qui a coûté la vie à Xavier Jugelé
Xavier Jugelé a été tué sur les Champs-Élysées jeudi soir.@ AFP
Partagez sur :

Le Parisien a pu consulter le procès-verbal des auditions des policiers visés par l'attaque sur les Champs-Élysées, jeudi soir.

Un hommage national va être rendu dans la matinée à Xavier Jugelé, ce policier tué par balles jeudi soir sur les Champs-Élysées alors que lui et son équipe se trouvaient devant l'office de tourisme de Turquie, en protection.Le récit de l'attaque qui a coûté la vie à ce policier de 37 ans est détaillé dans le procès-verbal des auditions des policiers stationnés devant le 102 des Champs-Élysées ce soir-là. Procès-verbal qu'a pu consulter Le Parisien.

"Si on avait été à l'intérieur..." Victor, le supérieur de Xavier Jugelé, explique au quotidien qu'il venait de donner l'ordre à ses hommes de descendre de leur véhicule, quelques instants avant l'attaque. "Si on avait été à l'intérieur, je ne serai pas là pour vous parler", réalise le policier. "Au tout début, j'ai pensé à des pétards", se souvient Nicolas, un autre policier. "Puis j'ai très vite compris qu'il s'agissait de tirs par arme à feu".

L'assaillant est abattu après une dizaine de secondes. "J'ai orienté mon regard vers notre Master (leur car, NDLR) d'où les tirs provenaient et j'ai alors vu un individu contourner par l'avant le véhicule." L'homme est armé d'une kalachnikov et tire. Cédric, un des policiers, est gravement blessé, de même qu'une touriste allemande.

Les policiers répliquent et l'assaillant est abattu, au bout d'une dizaine de secondes. Treize des 27 balles tirées par les forces de l'ordre ont atteint l'agresseur. Cédric est mis à l'abri mais l'équipe a bel et bien perdu un collègue, Xavier, qui était encore assis au volant.

"Nous n'oublierons jamais Xavier". Celui-ci a "la tête penchée sur la droite", ce que les autres policiers interprètent très rapidement comme le signe de sa mort certaine. "Nous n'oublierons jamais Xavier. Sa mémoire vivra à travers nous", explique Victor.