Saisie record de feux d'artifice interdits en région parisienne

  • A
  • A
Saisie record de feux d'artifice interdits en région parisienne
@ AFP
Partagez sur :

La police a mis la main mercredi sur trois tonnes de produits pyrotechniques interdits. Ils étaient stockés dans l'arrière boutique d'un bazar d'Aubervilliers. 

INFO EUROPE 1

Saisie record. C'est une saisie record de feux d'artifices interdits qui a eu lieu mercredi vers 11 heures en région parisienne. Selon nos informations, la police a mis la main sur trois tonnes de produits pyrotechniques interdits. Le lieu où a été retrouvé cette quantité colossale d'artifices interpelle les enquêteurs.

Trois tonnes cachés dans la réserve. Contrairement à de précédentes saisies, les artifices n'étaient pas dans un grand entrepôt, mais dans l'arrière-boutique d'un bazar. Mercredi matin, vers 11 heures, les policiers d'Aubervilliers, qui faisaient un contrôle ciblé, ont d'abord mis la main sur certains articles exposés en rayons. Ils sont ensuite allés dans la réserve où des dizaines de cartons renfermant des pétards, des fusées et des mortiers, étaient stockés. Ces artifices, de catégorie 1 et 3, étaient tous interdits à la vente.

Le stock détruit. Mais c'est avant tout la quantité - trois tonnes - qui surprend les enquêteurs, surtout dans un espace sans aucune sécurité particulière. Un simple court-circuit, un départ de feu accidentel, auraient eu des conséquences dramatiques. Le stock a été confisqué, pour être détruit par les spécialistes du laboratoire central de la Préfecture de police.

Le gérant du magasin, lui, a reconnu qu'il vendait des produits interdits. Il a écopé d'une amende de 1.500 euros. La sanction maximale, c'est-à-dire une contravention de cinquième classe, pour "défaut d'agrément technique pour la vente d'artifices".

Un secteur bien connu. Le secteur où se situe ce bazar est connu pour avoir déjà abrité par le passé des produits pyrotechniques illégaux. En juin dernier, une saisie de 700 kilos d'artifices interdits avait déjà eu lieu dans un entrepôt situé dans la même rue. La préfecture de police avait lancé une campagne de prévention contre l'usage de tels mortiers et leur dangerosité.