Assaut de Saint-Denis : "ambiance de guerre" dans le centre-ville

  • A
  • A
Assaut de Saint-Denis : "ambiance de guerre" dans le centre-ville
Partagez sur :

EN IMAGES - Des cordons de sécurité, de hordes de journalistes, des riverains aux aguets : l'atmosphère s'est figée mercredi matin dans le centre-ville de Saint-Denis. 

Il est 4h20 mercredi matin, quand la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire et le Raid lancent l'assaut contre un appartement dans le centre piétonnier de Saint-Denis au nord de Paris, aux alentours de la place Jean Jaurès. Les forces de l'ordre visent Abdelhamid Abaaoud, chef opérationnel des attentats qui ont fait 129 morts vendredi dernier à Paris. A 5h, les tirs reprennent selon des riverains. Le quartier est rapidement complètement bouclé et survolé par un hélicoptère. Dès 6h20, métros, bus et tramways desservant Saint-Denis sont à l'arrêt et la préfecture recommande aux habitants de rester chez eux. L'opération, qui s'est officiellement terminée à 11h30, a duré près de sept heures et s'est soldée par la mort de deux terroristes présumés et l'interpellation de sept suspects. Sur Twitter, les riverains ont posté des images qui illustrent l'atmosphère de la ville mercredi matin.  

"Saint-Denis se réveille dans une ambiance de guerre" décrit une internaute, qui publie pour accompagner son commentaire, la photo d'un soldat armé.

"Le siège à Saint Denis continue", publie un internaute sur Twitter. Sur la photo, qui montre le centre-ville de Saint-Denis, on distingue, derrière le mur des journalistes, plusieurs camions de police et de pompier mais aussi des policiers et des urgentistes.

  

On lit l'attente sur les visages des passants, des riverains, qui se pressent derrière un cordon de sécurité.   

Des hommes de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) sont prêts à intervenir à Saint-Denis. 

BRI


BRI-MEMBRES

Des soldats sont en position à Saint-Denis, mercredi matin. 

ARMEE


Des riverains et des journalistes se tiennent prêts d'un camion de police tandis que les forces de l'ordre sont au travail. 

FOULE