Saint-Denis : "la population est traumatisée"

  • A
  • A
Partagez sur :

Stéphane Peu, le maire adjoint de Saint-Denis, raconte l’opération de police et son impact sur les habitants de la commune. 

INTERVIEW

L’opération de police Saint-Denis, mercredi au petit matin, a été un choc pour les habitants de la commune de Seine-Saint-Denis. "J’ai été, comme beaucoup d’élus, appelé à 4h30 par des habitants qui étaient paniqués", témoigne pour Europe 1 Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis. "Cette population est traumatisée, comme beaucoup de Français, par les attentats de vendredi, mais peut-être encore plus en raison des trois attentas que notre ville a connus vendredi soir", explique l’élu, faisant référence aux trois explosions qui ont eu lieu aux alentours du Stade de France.

"Une fusillade incessante pendant une heure et demi". "Il y a eu quasiment une fusillade et des déflagrations de grenade incessantes pendant quasiment une heure et demi, ce qui est considérable dans l’hyper centre-ville, a à 200 mètres de la basilique et de la mairie, dans une rue piétonne, qui est très commerçante", poursuit Stéphane Peu, qui s’est rendu sur place très rapidement. "La première réaction des habitants était de craindre une nouvelle vague d’attentats. Ça a créé de la panique. On les a immédiatement rassurés sur le fait que ce n’était pas des attentats mais une intervention policière, même si elle est très spectaculaire".

"Les écoles ne vont pas ouvrir". La mairie de Saint-Denis a pris des dispositions immédiates pour venir en aide aux habitants évacués de leur logement. "Nous avons ouvert la mairie dès 5h15 ce matin pour accueillir les éventuels blessés et les personnes évacuées des habitations alentour. Pour l’instant, on vient de réceptionner une quinzaine de personnes, qui sont sous le choc et qui sont pris en charge par le Samu et les pompiers", explique Stéphane Peu, qui détaille d’autres conséquences de l’opération policière : "les écoles ne vont pas ouvrir bien sûr, en tous cas pas les écoles du périmètre du grand centre ville. Dans le centre ville de Saint-Denis, il n’y a ni métro, ni bus."