Saint-Denis : "je ne les connais pas du tout", assure celui qui a prêté l'appartement

  • A
  • A
Saint-Denis : "je ne les connais pas du tout", assure celui qui a prêté l'appartement
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - "J’ai appris que c’était chez moi, que les individus étaient retranchés chez moi. J’étais pas au courant que c’était des terroristes", a assuré celui qui se présente comme le propriétaire de l'appartement dans lequel s'étaient retranchés plusieurs suspects. 

Trois personnes ont été interpellées et au moins deux suspects ont été tués mercredi, au cours d'un assaut donné à Saint-Denis, au nord de Paris, par les forces antiterroristes. Une opération qui a été lancée dans le cadre de l'enquête sur les attentats de vendredi. Les forces de l'ordre ont également interpellé un homme qui se présente comme le propriétaire de l'appartement situé rue Corillon où étaient retranchés les suspects. "Je n’étais pas au courant que c’était des terroristes", a-t-il assuré aux micros d'Europe 1 et de BFMTV.

"Je ne les connais pas du tout". "J’ai appris que c’était chez moi, que les individus étaient retranchés chez moi. Je n’étais pas au courant que c’était des terroristes", a-t-il déclaré. "Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", a-t-il ajouté, avant de poursuivre : "j'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit 'c'est pas grave', ils voulaient juste de l'eau et faire la prière. J'ai rappelé mon ami. Il m'a dit qu'ils venaient de Belgique". "On m’a demandé de rendre service, d’héberger deux personnes pendant trois jours et j’ai rendu service normalement. Je ne sais pas d’où ils viennent, on est au courant de rien. Si je le savais, vous croyez que je les aurais hébergées ? Je ne les connais pas du tout", a assuré ce trentenaire.


"On m'a demandé d'héberger des gens, j'ai rendu...par Europe1fr

Une amie de cet homme qui dit avoir dormi dans l'appartement la semaine dernière a expliqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un logement dont son ami a forcé la porte, "une sorte de squat". Selon elle, les deux visiteurs sont arrivés "il y a deux jours".