Roubaix : des rats attaquent une adolescente paraplégique dans son sommeil

  • A
  • A
Partagez sur :

Grièvement blessée, la jeune fille a été hospitalisée. Son père a décidé de porter plainte contre son bailleur.

"Samantha baignait dans une mare de sang." Le récit du père de cette adolescente paraplégique de 14 ans à La Voix du Nord fait froid dans le dos. "C'était samedi matin. La veille nous sommes allés nous coucher à l'étage. Il n'y avait aucun problème", raconte Jérôme, ce Roubaisien, père de trois enfants. "Ma fille de 14 ans, paraplégique, dort au rez-de-chaussée, dans un lit médicalisé. Vers 7h, samedi, nous sommes allés la voir." Et c'est là, qu'ils découvrent une scène d'horreur.

Une attaque "très violente". "Il y avait du sang partout. J'ai pensé à un cambriolage qui avait mal tourné. Elle saignait des oreilles, j'ai cru qu'elle avait été victime d'une hémorragie cérébrale. J'ai eu la peur de ma vie", raconte-t-il. Deux ambulances du Samu ont été envoyées sur place pour soigner les multiples blessures de la jeune fille, qui avait des plaies au visage, à la base du cou, aux mains, aux jambes, aux oreilles et au nez. Un médecin a confirmé les premiers éléments de l'enquête : ce sont des rats qui sont à l'origine de cette attaque, décrite comme "très violente".

"Elle ne peut pas sortir de son lit. Du fait de sa maladie, elle est moins sensible à la douleur que nous. Elle a dû sentir les rats s'activer sur elle mais elle n'a pas eu la présence d'esprit de nous appeler", raconte le père. "Selon les médecins, c'est un phénomène assez rare. Les rats n'attaquent quasiment que les personnes mortes."

"L'hospitalisation pourrait durer encore plusieurs jours." L'adolescente, qui se remet difficilement de ses blessures, "a reçu une batterie de vaccins" : "Ses bouts de doigts ont été bouffés, ce n'est pas opérable. Concernant la rage, les résultats sont revenus de Pasteur et ils sont plutôt positifs. Il faut aujourd'hui que ses blessures cicatrisent. L'hospitalisation pourrait durer encore plusieurs jours."

Alors que les investigations se poursuivent, Jérôme a pu bénéficier d'un nouveau logement en moins de trois jours mais a décidé de déposer plainte contre son bailleur, qu'il accuse de négligences. D'après lui, les rats auraient été attirés par un amas de poubelles laissées sur le parking de la courée où il vit.