Roissy : les bonbons de la PAF font polémique

  • A
  • A
Roissy : les bonbons de la PAF font polémique
A l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.@ FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

La police aux frontières cherche à redorer son image en distribuant des bonbons aux enfants. Mais l'initiative n'est pas du goût de tout le monde.

Vous aurez peut-être une surprise si vous rentrez de vacances en famille en atterrissant à l'aéroport Charles-de-Gaulle à Roissy. La police aux frontières (PAF) a décidé de distribuer des bonbons aux enfants lors des contrôles de passeports à l'arrivée, notamment lors des week-ends d'affluence. Une initiative du directeur de la PAF de Roissy, destinée à améliorer l'accueil des voyageurs, à redorer son image et celle de la société Aéroport de Paris (ADP).

300 kilos de bonbons. "Selon le principe que le bonheur d'un enfant se communique à son entourage, Aéroports de Paris a décidé d'acheter 300 kg de bonbons pour les offrir aux enfants en récompense de leur bon comportement citoyen tout comme celui de leurs parents", précise une note de service de la PAF qu'Europe 1 a pu consulter. L'initiative s’inscrit dans une démarche globale d'amélioration de l'attractivité de l’aéroport Charles-de-Gaulle, qui accueillera 66 millions de voyageurs cette année. La direction de la PAF de Roissy explique qu'elle souhaite ainsi montrer l’image d’une police plus "humaniste" et plus "accueillante".


Bonbons PAF

Crédits : Unsa-Police


"Nous ne sommes pas des confiseurs". Le problème, c'est que la démarche n'est pas du goût de tous les fonctionnaires, qui ont été mis devant le fait accompli. "Nous ne sommes pas des confiseurs", assène au micro d'Europe 1 Frédéric Pillot, délégué Unsa-Police à la PAF de Roissy. "Distribuer des bonbons, ça décrédibilise totalement notre profession. C'est très mal vu par l'ensemble des collègues", assure-t-il.

Autre motif invoqué : le manque de temps, selon Frédéric Pillot. "Nous avons déjà du mal à faire notre travail correctement", explique le syndicaliste. "On nous demande d'aller vite, sauf que nous sommes aujourd'hui en plan Vigipirate à son plus haut niveau. Nous avons une sécurité intérieure à garantir".

L'initiative provisoirement suspendue. Face à cette incompréhension de certaines de ses troupes, le directeur de la PAF a provisoirement décidé de lever la consigne. Selon nos informations, le week-end prochain, les bonbons seront en libre-service et non plus distribués par les policiers. Le temps, selon la direction, d'expliquer à ses fonctionnaires qu'ils peuvent être tout aussi efficaces en étant sympathiques.