Rixe entre "une centaine de migrants africains" à Calais, 16 blessés dont un grave

  • A
  • A
Rixe entre "une centaine de migrants africains" à Calais, 16 blessés dont un grave
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Débuté peu avant 13h, l'incident était toujours en cors à 15h. La bagarre a fait un blessé léger.

Une rixe opposant une centaine de migrants africains, des Erythréens face à des Ethiopiens, a fait samedi après-midi seize blessés, dont un grave, dans la zone industrielle de Calais, a-t-on appris auprès de la préfecture du Pas-de-Calais.
"Au total, il y a seize migrants hospitalisés, 15 pour des blessures légères et l'un plus gravement à la tête, avec un pronostic réservé", a indiqué à l'AFP le directeur de cabinet de la préfecture Étienne Desplanques.  Une dizaine de personnes ont été interpellés, essentiellement des Erythréens.

"Vers 15H30, la situation est redevenue sous contrôle", a-t-il ajouté, alors que les migrants, armés de pierres et de bâtons, avaient commencé à en découdre vers 13H15 samedi.  Pour éviter tout nouveau débordement, des renforts de CRS ainsi que des agents de la BAC de Boulogne-sur-mer ont été amenés sur les lieux afin "d'assurer le bon déroulement de la distribution des repas" dans la zone industrielle de Calais et pour garantir "la sécurisation du centre-ville", selon M. Desplanques.

Selon le sous-préfet du Pas-de-Calais, Vincent Berton, qui a effectué un point-presse sur les lieux, les blessés ont été évacués vers les hôpitaux de Calais, Boulogne-sur-Mer et Dunkerque. "Les rixes entre Ethiopiens et Erythréens ont commencé vendredi soir dans le secteur de la zone des Dunes, avec plusieurs interventions de CRS pour les disperser", a déclaré M. Berton à un correspondant de l'AFP. Ces bagarres ont fait neuf blessés légers, selon la préfecture du Pas-de-Calais.  Vendredi, dans la zone où ont lieu les distributions de repas effectuées par les associations, il y a eu une opposition entre les communautés érythréennes et éthiopiennes "composés de groupes d'environ 50 personnes de chaque camp", selon M. Berton. "Ca a repris en début d'après-midi sur le même secteur pour un motif inconnu", a-t-il précisé.