Pyrénées-Atlantiques : coup de filet dans la secte Tabitha's place

  • A
  • A
Pyrénées-Atlantiques : coup de filet dans la secte Tabitha's place
Le manoir de la secte Thabita's place, à Sus, près de Pau, dans les Pyrénnées-Atlantiques. @ AFP
Partagez sur :

200 gendarmes ont été mobilisés dans cette opération qui a mené à une dizaine d'interpellations. Plusieurs infractions sont reprochées aux membres du mouvement.

On l'appelle "Tabitha's Place", l"Ordre apostolique" ou les "Douze tribus". Une importante opération de gendarmerie a été menée mardi dans les locaux de cette communauté sectaire", à Sus près de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, où est installée le mouvement depuis 1983.

Une secte "apocalyptique" et 200 gendarmes. "De gros moyens ont été engagés dans la nuit de lundi à mardi sur commission rogatoire du juge d'instruction de Pau, visant de multiples infractions. Environ 200 gendarmes sont mobilisés pour mener des investigations sur cette secte considérée comme 'apocalyptique'", a indiqué le colonel William Vaquette, commandant du groupement de gendarmerie du département, confirmant une information du quotidien La République des Pyrénées.

L'opération a mobilisé un escadron de gendarmerie mobile, l'Institut de recherche criminelle, un hélicoptère de Bordeaux et le Groupe d'intervention de Pau (GIR). Des médecins légistes de Pau ont également été intégrés au dispositif, notamment pour examiner les enfants présents.

Quatre enfants confiés aux services sociaux. Les enquêteurs ont perquisitionné l'intérieur du manoir occupé par la secte, où résident 100 personnes dont des enfants. Selon nos informations, c'est aux conditions de vie de ces mineurs que s'intéressent particulièrement les enquêteurs. A la suite des révélations d'un ancien adepte, un juge d'instruction a été saisi pour des soupçons de corrections physiques et de manquements à l'obligation de scolarisation de ces enfants. Le procureur a confié provisoirement quatre d'entre eux, âgés de 18 mois à 13 ans, aux services sociaux.

Le second volet de ces investigations se concentre sur l'aspect financier et notamment les ressources de cette communauté. Thabita's vend des fruits et des légumes, des objets artisanaux… Les enquêteurs cherchent à éclaircir les fonctions de chacun et le cadre de cette activité. 

Une dizaine d'arrestations. "La même opération a lieu parallèlement à Perpignan, où la même secte a des personnes qui travaillent dans le secteur", a ajouté le colonel Vaquette. Une dizaine d'interpellations ont eu lieu entre Sus et Perpignan. Mardi, le procureur s'est refusé à préciser dans l'immédiat les motifs de cette opération.

Des membres déjà condamnés. Considérée comme une secte par la Commission parlementaire d'enquête sur les sectes, le mouvement compte à Sus environ 120 personnes dont une cinquantaine d'enfants, selon le colonel Vaquette.

En mars 2002, 19 membres de Tabitha's Place avaient été condamnés par la Cour d'appel de Pau pour "soustraction aux obligations légales des parents", notamment refus de scolarisation et de vaccination de leurs enfants. En 1997, un enfant de 19 mois y était décédé faute d'alimentation et de soins. Ses parents, adeptes de cette communauté d'origine américaine qui revendique l'application stricte des préceptes de la Bible, avaient été condamnés à douze ans de réclusion criminelle.