Poitiers : agressée par un violeur en pleine prière à l’église

  • A
  • A
Poitiers : agressée par un violeur en pleine prière à l’église
@ Capture d'écran Google Map
Partagez sur :

Le suspect, rapidement interpellé par la police, venait tout juste de sortir de prison après avoir purgé une longue peine.

La scène s'est déroulé le matin du 14 juillet. Vers 11 heures, l’église Saint-Paul de Poitiers, en Poitou-Charentes, est quasiment déserte. Seule une jeune femme de 31 ans se recueille en silence. Alors qu’elle est en train de prier, elle est violemment agressée par un homme qui l'attrape par le cou, la plaque contre le sol et tente de l'agresser sexuellement.

Il a reconnu les faits. Mais la jeune croyante se débat tellement qu'elle réussit à s'échapper et à appeler au secours. Quelques minutes plus tard, les policiers retrouvent le suspect, caché tout près de l'église, sa ceinture de pantalon encore défaite. Formellement reconnu par la victime, l’agresseur présumé a reconnu les faits lors de sa garde à vue.

Un violeur déjà condamné. Au commissariat, les policiers découvrent le lourd passé judiciaire de cet homme de 48 ans. Déjà condamné douze fois pour vols ou agressions, il vient tout juste de sortir de prison mi-juin après avoir purgé une longue peine. En 2002, il avait été lourdement condamné par la cour d’assises du Lot à 17 ans de réclusion pour avoir infligé d'horribles sévices à une vieille femme de 85 ans, comme le relatait La Dépêche du Midi lors de son procès.

"Agression sexuelle en état de récidive". Depuis sa libération, il respectait bien le strict suivi socio-judiciaire qui lui est imposé. Selon les informations recueillies par Europe 1, il avait effectivement rencontré le juge d’application des peines ainsi que son conseiller d’insertion et de probation. En revanche, son obligation de soins n'était pas encore en place.

A l’issue de 48 heures de garde à vue, il a été déféré au parquet de Poitiers, jeudi. Le vice-procureur a ouvert une information judiciaire pour "agression sexuelle en état de récidive" et requis le placement du suspect en détention provisoire.