Plainte pour un décès suspect après une course-poursuite avec des policiers

  • A
  • A
Plainte pour un décès suspect après une course-poursuite avec des policiers
Une enquête a été confiée à l'IGPN. Image d'illustration. @ GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :

Un jeune homme a été retrouvé mort le 9 septembre dans un étang du bois de Boulogne. La famille doute de la version des policiers. 

La famille d'un jeune homme retrouvé mort dans un étang du bois de Boulogne à Paris, à l'issue d'une course-poursuite avec des policiers, a porté plainte vendredi, en jugeant son décès suspect, a-t-on appris de source proche du dossier.

L'avocat Me Yassine Bouzrou a déposé cette plainte avec constitution de partie civile contre X pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et "non-assistance à personne en péril", une démarche qui permet d'obtenir quasi automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire confiée à un juge d'instruction.

Ces faits présumés sont visés avec la circonstance aggravante qu'ils auraient été commis par une personne dépositaire de l'autorité publique, selon cette plainte.

Le jeune homme était "soupçonné d'avoir tenté de commettre une infraction", selon les policiers. Les faits remontent au 9 septembre. Bakary S., 26 ans, a été retrouvé mort dans l'étang du bois de Boulogne, dans des circonstances troublantes, selon la famille. Les policiers ayant informé la famille du décès lui ont raconté qu'"ils l'avaient pris en chasse" parce qu'il était "soupçonné d'avoir tenté de commettre une infraction".

Le jeune homme aurait "alors pris la fuite et au cours de la course-poursuite, il aurait chuté dans l'étang", d'après la plainte. Or, pour la famille, la victime savait nager et l'étang n'est "pas réputé pour sa dangerosité". Par ailleurs, le père de la victime "a pu voir le corps de son fils et affirme avoir remarqué des traces de sang sur son corps".

Une enquête confiée à l'IGPN. Une autopsie a été réalisée, mais ses conclusions n'ont pas encore été transmises aux proches de la victime, d'après une source proche du dossier. Selon les plaignants, "il est permis de penser que le décès pourrait résulter des conditions de la course-poursuite et/ou de l'interpellation de Bakary S."

Une enquête pour déterminer les causes de sa mort a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices), a-t-on appris de source judiciaire.