Mosquée de Valence: l'assaillant va être entendu par un juge d'instruction

  • A
  • A
Mosquée de Valence: l'assaillant va être entendu par un juge d'instruction
Partagez sur :

Vendredi, vers 14H30, le jeune homme avait foncé à deux reprises sur les quatre soldats en faction, provoquant une riposte des militaires.

L'assaillant qui a foncé avec sa voiture vendredi sur quatre soldats en faction devant la mosquée de Valence (Drôme) va être entendu dimanche par un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen, a indiqué le parquet.

Fin de la garde à vue à 16h. "A 16H00, la garde à vue sera terminée. On aura à ce moment-là une vision assez complète de ce qu'il a pu indiquer (ndlr: aux enquêteurs). D'autre part, l'orientation judiciaire sera donnée de la part du juge d'instruction", a déclaré le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. Blessé grièvement par balles vendredi par les militaires et opéré depuis, l'homme devrait se voir notifier sa mise en examen à l'hôpital, selon une source proche du dossier. Une information judiciaire pour "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique" devait être ouverte à Valence, juridiction pour l'heure chargée du dossier.

Était-ce un acte prémédité ? "On s'interroge pour savoir si c'est un acte prémédité", auquel cas l'information serait requalifiée en "tentative d'assassinat", avait ajouté samedi le magistrat. Des "images de propagande jihadiste" ont été retrouvées sur l'ordinateur du forcené âgé de 29 ans, un Français d'origine tunisienne, après une perquisition à son domicile à Bron, aux portes de Lyon.  Lors de sa première audition, l'homme "n'a pas contesté la matérialité (des faits) et sa volonté effectivement de renverser les militaires, de les agresser, de les tuer peut-être aussi", comme il l'avait déclaré une première fois vendredi lors de sa prise en charge par les secouristes

"Sans antécédents pénaux" et "inconnu des services de renseignement", il aurait agi en solitaire et n'aurait pas jusqu'à présent de "lien particulier" avec une mouvance islamique, selon le parquet.