Barrage de Sivens : Rémi n'était "pas un casseur"

  • A
  • A
Barrage de Sivens : Rémi n'était "pas un casseur"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le corps de Rémi, un jeune homme de 21 ans, a été découvert dans la nuit de samedi après des échauffourées entre opposants et gendarmes.

Mais qui était Rémi ? Le cadavre du jeune homme de 21 ans a été retrouvé dimanche, aux abords du barrage de Sivens, dans le Tarn, au terme d’une nuit d’affrontements entre opposants et gendarmes. Pour l'heure, les conditions dans lesquelles Rémi est mort, restent mystérieuses. Ses proches, qui décrivent Rémi comme quelqu'un de très calme, sont en tout cas persuadés que le jeune homme n'a pas pris part activement aux échauffourées.

>> A LIRE AUSSI - La mort mystérieuse d'un opposant au barrage de Sivens

"Quelqu'un de gentil, de calme". Selon les informations d'Europe 1, Rémi, étudiant en environnement, n'était pas connu des services de police. Ses proches le décrivent comme quelqu'un de calme qui n'appartenait pas à la mouvance anarchiste. "C'est quelqu'un de gentil, de calme, c'est loin d'être un violent. Rémi, je le connais, il n'est pas militant anarchiste, ou casseur, ce n'est pas ça", assure Pascal Barbier, un ami de la victime, contacté par Europe 1.

"Sensibilisé à l'environnement". Selon ses proches, Rémi était particulièrement sensibilisé aux questions environnementales, sans pour autant être un militant actif. "C'est quelqu'un qui est sensibilisé à l'environnement, mais dire que c'est un militant, c'est exagéré", abonde Pascal Barbier. Rémi avait donc décidé de participer à la mobilisation pacifique contre projet de barrage-réservoir de 1,5 million de m3 d'eau stockée, accusé de favoriser une agriculture intensive.

>> LIRE AUSSI - Mort au barrage de Sivens : "C'est un drame"

"Embarqué dans un mouvement violent". Au total, 2.000 militants ont manifesté contre le projet et une centaine d'anarchistes ont participé aux échauffourées avec la police. Pour Pascal Barbier, le jeune étudiant a été embarqué dans ce mouvement, malgré lui. "C'est un garçon qui est parti à Sivens, pour aider à une cause qui l'inquiète, et il s'est retrouvé embarqué dans un mouvement violent, dans des échauffourées, sans s'apercevoir qu'il courait un grand danger. J'ai eu son père hier au téléphone, il me disait la même chose", assure l'ami de Rémi.

Impossible en l'état de déterminer les causes de la mort. Pour les "antis", la mort de ce jeune manifestant est survenue au cours des échauffourées. La préfecture, après avoir confirmé la mort et précisé les circonstances de la découverte du corps, n’a pas voulu faire de commentaire sur ce nouveau développement. Le procureur d'Albi a précisé dimanche soir qu'il était impossible en l'état de déterminer les causes de la mort. Une autopsie doit être menée lundi après-midi afin notamment de faire toute la lumière sur la cause de cette mort troublante.

>> ON RÉCAPITULE - Le point sur l'affaire du barrage de Sivens