Morano contre Bedos au tribunal correctionnel de Nancy

  • A
  • A
Morano contre Bedos au tribunal correctionnel de Nancy
@ AFP
Partagez sur :

L'humoriste comparaît lundi pour "injure" à l'encontre de député européenne Les Républicains après des propos tenus lors de son spectacle à Toul, à l'automne 2013.

Des planches du théâtre de Toul au tribunal correctionnel de Nancy. En passant par la Lorraine avec ses (gros) sabots en octobre 2013, l'humoriste Guy Bedos avait gratifié Nadine Morano de noms d'oiseaux, la qualifiant notamment de "conne". Quelques phrases acerbes et explicites à l'encontre de la député européenne Les Républicains, lancées au détour de sa revue de presse, qui lui valent de comparaître lundi pour "injure publique envers un corps constitué, un fonctionnaire, un dépositaire de l'autorité ou un citoyen chargé d'un service public".

"Nadine Morano… quelle conne !". Les faits se sont déroulés le 11 octobre 2013, quand Guy Bedos se produit au théâtre de Toul. L'humoriste, ouvertement engagé à gauche, ne peut s'empêcher de saluer à sa façon Nadine Morano, à l'époque élue d'opposition au conseil municipal. "Nadine Morano a été élue ici à Toul ? Vous l'avez échappé belle! On m'avait promis qu'elle serait là... quelle conne !", aurait-il ainsi lancé. L'élue avait porté plainte dans la foulée et Guy Bedos mis en avant sa liberté artistique et son droit à employer une "langue rabelaisienne".

>> Un extrait du spectacle de Toul : 

  

L'homme sera présent au tribunal lundi, même s'il se présente lassé par cette polémique, comme il l'a confié au Figaro. "Je n'ai pas envie de parler de Nadine Morano. Voilà 50 ans que je taquine la classe politique, de droite comme de gauche. Je disais des trucs sur Mitterrand alors qu'il était dans la salle. À la fin du spectacle, il venait me voir en me disant que j'y allais fort. Puis on allait boire un verre", regrette-t-il, avant d'ajouter que "l'humour est une langue étrangère, certains doivent avoir besoin de sous-titres".

"Je vais parler des limites de l'humour". Nadine Morano sera elle aussi présente à l'audience. L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy a expliqué au même journal sa ligne. "Je vais parler des limites de l'humour. Beaucoup d'humoristes, comme Laurent Gerra, font des sketches sans franchir la ligne jaune de l'injure. Bedos était dans la ville où j'étais élue quand même ! Il utilise toujours l'argument de la langue rabelaisienne mais c'est plutôt de la langue bedosienne dont il s'agit".

Le comédien risque une amende de 12.000 euros.