Mayenne : un islamiste condamné pour terrorisme et assigné à résidence en fuite

  • A
  • A
Mayenne : un islamiste condamné pour terrorisme et assigné à résidence en fuite
@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

Un ancien membre du Groupe islamiste armé (GIA), condamné pour terrorisme et assigné à résidence, a disparu à Evron, en Mayenne. Il est activement recherché par les forces de l’ordre. 

L'Algérien Merouane Benahmed, ancien membre du Groupe islamiste armé (GIA), assigné à résidence en Mayenne, a disparu de son domicile. L’homme, condamné pour terrorisme, ne s’est pas présenté jeudi matin à l'un de de ses quatre pointages quotidiens à la gendarmerie d’Evron, d’après une information du Courrier de La Mayenne, confirmée à Europe 1. Les forces de l’ordre sont à sa recherche et l’enquête a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire.

Le centre-ville d’Evron bouclé pendant quelques heures. Après avoir constaté son absence, les gendarmes d’Evron ont perquisitionné son domicile, sans succès. Le centre ville a ensuite été bouclé quelques heures pour effectuer des recherches, sans plus de résultats. Le dispositif a depuis été levé.

Condamné dans le cadre des filières tchétchènes. L’homme de 43 ans a été condamné à 10 ans de prison pour terrorisme dans le cadre des filières tchétchènes qui voulaient frapper en France entre 2001 et 2002. Merouane Benahmed a été libéré en 2011. 

Il est depuis interdit de séjour en France. Mais la Cour européenne des Droits de l’homme a refusé son extradition vers l’Algérie, où il a été condamné à mort par contumace. Depuis sa sortie de prison, il a été assigné à résidence dans plusieurs départements.

Pour son avocate, "ce n'est pas une fuite." L'homme, marié et père de quatre enfants, ne vit pas avec sa famille. Une situation que déplore son avocate, Me Isabelle Coutant-Peyre. "Quand vous êtes enfermés avec interdiction de travailler et obligation de pointer quatre fois par jour, c'est une sorte de torture. Il a une femme et quatre enfants, c'est son droit à la liberté. Il est hors de question de qualifier sa disparition de fuite", assure l'avocate, qui n'a pas de nouvelles de son client. L'ancien membre du GIA a la stricte interdiction de sortir de la commune d'Evron, sous peine d'encourir une peine de trois ans de prison. 

Des convictions djihadistes assuméesDans une interview donnée en février 2015 à Europe 1, Merouane Benahmed assumait clairement ses convictions djihadistes. "Si vous me demandez, ‘êtes-vous un ancien terroriste’…  Je ne vous réponds pas non", confiait-t-il alors. Puis à la question de savoir s’il était repenti, sa réponse était sans détour. "Non, jamais. Jamais", répétait-t-il alors.