Le très lourd parcours judiciaire d'Amedy Coulibaly

  • A
  • A
Le très lourd parcours judiciaire d'Amedy Coulibaly
@ Police française/AFP
217 partages

PORTRAIT - Cet homme de 32 ans a été tué vendredi après avoir pris des otages dans une épicerie parisienne. Délinquant multirécidiviste, il avait basculé dans l'islamisme radical.

Son visage apparaissait dans l'avis de recherche diffusé vendredi par la préfecture de police de Paris. Amedy Coulibaly, 32 ans, a certainement été tué vendredi après avoir pris plusieurs otages dans une épicerie juive à Paris. Un peu plus tôt dans la journée, il avait été identifié par les enquêteurs de la police judiciaire comme le suspect de la fusillade de Montrouge. C'est donc lui qui aurait abattu une jeune policière municipale, jeudi matin. Et selon les informations d'Europe 1, il connaissait Chérif Kouachi, l'un des auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo, lui aussi tué par les forces de l'ordre en Seine-et-Marne.

>> LIRE AUSSI - Assaut à Vincennes : le preneur d'otages est mort

Un délinquant multirécidiviste. Amedy Coulibaly était connu de la justice. Il a été condamné en 2013 à cinq ans de prison ferme pour son implication dans la tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, l'un des auteurs de l'attentat de 1995 dans le RER à Paris, membre du Groupe islamique armé (GIA) algérien. Chérif Kouachi avait lui aussi été cité dans cette affaire, mais avait finalement bénéficié d'un non-lieu.

Amedy Coulibaly n'en était alors pas à son coup d'essai. Né à Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne, l'homme était un délinquant multirécidiviste. Il a été condamné plusieurs fois pour vol aggravé depuis 2001, rapporte L'Obs. Il est même passé devant une cour d'assises pour mineurs pour un vol à main armé en 2004, écopant d'une peine de six ans de prison.

En mai 2010, Amedy Coulibaly a été arrêté dans le cadre de l'enquête de la tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem. Il habitait à l'époque à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine. Les enquêteurs avaient découvert à son domicile des cartouches de calibre 7,62 mm, raconte Libération. Sa concubine à l'époque était Hayat Boumeddiene, 26 ans, qui figure elle aussi dans l'appel à témoins lancé par la police.



Sorti de prison en mars dernier. "Pour moi, c’était un garçon qui voulait reprendre une vie normale, travailler, et s’installer avec sa compagne. Je suis très étonné", a réagi Yassine Yakouti, avocat d'Amedy Coulibaly, interrogé vendredi par Europe 1. "J'avais l'impression de quelqu'un qui avait tourné la page de la prison". Amedy Coulibaly avait bénéficié d'une remise de peine d'un an. Il était sorti de prison en mars 2014 avec un bracelet électronique, selon Libération.



>> LIRE AUSSI - Prise d'otage : l’avocat de Coulibaly "a du mal à y croire"

Il aurait rencontré Sarkozy. Amedy Coulibaly s'était rendu à l'Elysée en 2009, lorsque Nicolas Sarkozy était président de la République, dans le cadre d'une rencontre sur l'emploi des jeunes. Un article du Parisien datant de juillet 2009 avait alors dressé son portrait, décrivant un jeune de 27 ans en contrat de professionnalisation dans une usine Coca-Cola. "Cela me fait plaisir" de rencontrer le chef de l'Etat", déclarait-il alors avec le sourire. Aucune agressivité dans les propos du jeune homme, qui comptait rapporter de nombreux "autographes et photos pour la famille". Une anecdote qui illustre, rétrospectivement, l'ampleur du terrible basculement d'Amedy Coulibaly.

LP Coulibaly

>> LIRE AUSSI - Fin des assauts à Paris et Dammartin : les preneurs d'otages tués