Le ton monte après les incendies de Morlaix

  • A
  • A
Le ton monte après les incendies de Morlaix
Des artichauts ont été déversés au centre des impôts de Morlaix en début d'incendie.@ MaxPPP
Partagez sur :

L’ESSENTIEL - Dans le Finistère, des légumiers en colère ont incendié le centre des impôts et la Mutualité sociale agricole de Morlaix. Des actes fermement condamnés par le gouvernement. 

"Rien ne justifie cette violence", a dénoncé Manuel Valls. Comme le Premier ministre, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les incendies de deux bâtiments à Morlaix, dans le Finistère, par une centaine de producteurs de légumes dans la nuit de vendredi à samedi. Pour protester contre les contraintes fiscales et administratives, une centaine d'agriculteurs a pris pour cible le centre des impôts et la Mutualité sociale agricole (MSA) de Morlaix, occasionnant d'importants dégâts, comme l’illustre la vidéo de Ouest France :

Selon un habitant de Morlaix, témoin de l'incendie du Centre des impôts, les agriculteurs "ont essayé d'empêcher avec leurs tracteurs le camion de pompiers d'arriver et quand, enfin, il a pu accéder au bâtiment, ils ont déversé des artichauts pour retarder les hommes".
La ministre de la décentralisation, Marylise Lebranchu, s'est rendue sur place. Elle a dénoncé des "violences inacceptables" et “la mauvaise habitude prise de casser pour obtenir satisfaction”.  

Une enquête ouverte. Aucune interpellation n'avait encore été effectuée dimanche. Une enquête en flagrance pour "dégradations de biens d'utilité publique" et sur les entraves qui ont pu être faites à l'intervention des secours a été ouverte. La police judiciaire et le commissariat de Morlaix ont lancé un appel à témoins "pour récupérer le plus d'éléments possibles, témoignages, photos, vidéos amateurs afin de compléter les éléments qu'on a déjà", a affirmé la substitut du procureur de la République de Brest, Gwénaëlle Thouroude 

Les pompiers au centre des impôts de Morlaix.

Des actes condamnés par le gouvernement… Manuel Valls a vivement condamné ces incendies, dénonçant des “méthodes violentes, qui ne résolvent rien“. Des poursuites judiciaires seront engagées contre les auteurs de ces actes", a écrit le Premier ministre. 

Même son de cloche pour le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui a fermement condamné ces deux incendies. Depuis l'embargo russe sur les produits agricoles et agroalimentaires européens, "les pouvoirs publics n'ont cessé d'agir pour permettre la mise en place de mesure de soutien des marchés", a souligné le ministre. Stéphane Le Foll rencontrera mercredi Jean-François Jacob, le président de la SICA de Saint-Pol-de-Léon (Finistère), premier groupement français de producteurs de légumes.

….Mais applaudi par la FDSEA. Si ces incendies ont largement été conspués par le gouvernement, la fédération départementale du Finistère de la FNSEA, le puissant syndicat agricole, s’en est au contraire félicitée. "Je tire un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu'ils ont fait", a déclaré le président de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret. "Il faut relativiser, il n'y a pas eu mort d'homme, c'est une forme de témoignage pour dire: “Ecoutez nous”", a ajouté Thierry  Merret, l’un des leaders des Bonnets rouges.

>> LIRE AUSSI - Embargo russe : l'agriculture française s'inquiète 

La FNSEA temporise. De son côté, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a appelé "au dialogue et à l'apaisement", tout en demandant au gouvernement de "mettre en oeuvre tout de suite" la levée de certaines contraintes. "C'est une action d'une violence certaine qui traduit malheureusement une exaspération”, a déclaré Xavier Beulin.