Le roi d’Arabie Saoudite ne veut pas de policière sur "sa" plage

  • A
  • A
Le roi d’Arabie Saoudite ne veut pas de policière sur "sa" plage
La villa du roi Salman d'Arabie saoudite, à Vallauris, dans les Alpes-Maritimes. @ AFP
Partagez sur :

PAS DE FEMME CRS POUR S.A.S - En vacances sur la Côte d’Azur, le roi Salman d’Arabie Saoudite a demandé à ce qu’une femme policière soit écartée du dispositif de sécurité autour de sa villa de Vallauris.

Les vacances du roi Salman d’Arabie Saoudite sur la Côte d’Azur n’en finissent plus de défrayer la chronique. Le souverain et sa suite royale sont arrivés samedi dernier en France pour un séjour privé dans sa villa de Vallauris, dans les Alpes-Maritimes, au bord de la Méditerranée. La fermeture au public par arrêté préfectorale d’une plage jouxtant la propriété a déjà créé la polémique ces dernières semaines. Voici maintenant que le roi se veut regardant sur le dispositif de sécurité assuré par les autorités françaises. L'incident a eu lieu samedi, dès l'arrivée du roi. Alors que les forces de l'ordre assuraient la protection de cette fameuse plage, dit de "La Mirandole", un membre de son entourage a constaté qu'une policière faisait partie du dispositif. Or, son Altesse Sérénissime ne veut pas de femme, même policier, sur sa plage. 

Le roi veut se baigner à l’abri des regards féminins"Hors de question qu'une femme assiste à la baignade du roi ou de ses proches" a fait savoir cet émissaire du roi. Résultat : la fonctionnaire, du commissariat local, a donc été déplacée de l'autre côté du site, affectée à la surveillance de l'entrée des voitures. D'après nos informations, les CRS ont aussi reçu la consigne le lendemain quand ils ont pris la relève. Ainsi, une femme CRS n'a pas été affectée à la surveillance de la plage.

"Choquant et aberrant". Des petites intentions qui révoltent Philippe Capon, secrétaire général du syndicat UNSA-Police. "Je trouve assez choquant aujourd’hui, en 2015, que l'on puisse avoir un chef d’Etat étranger, qui impose les conditions de sa sécurité et interdire le fait d’avoir dans le dispositif de sécurité des collègues policières", s'insurge le syndicaliste "C’est profondément choquant et aberrant", répète-t-il : "à ma connaissance, c’est la première fois que l’on affaire à un tel comportement, où l’on pousse le bouchon jusqu’à demander à ce que la sécurité soit masculine et pas du tout féminine". 

Le patron de la police dément, les "plantons" confirment. De son côté, le patron de la police des Alpes-Maritimes dément toute intervention du roi ou de son entourage. "La famille royale ou son entourage n'a jamais demandé à ce que soit écarté du dispositif un personnel féminin", assure le directeur départemental de la sécurité publique Marcel Authier. "Des femmes policières sont régulièrement envoyées sur ce dispositif, sans aucune remarque de la famille royale ou de son entourage. J'ai demandé à ce que le dispositif soit reculé lorsque le roi et sa famille viennent se baigner, pour protéger leur intimité", précise-t-il.

Or, sur le terrain, les policiers attestent que leurs collègues féminines sont bel et bien écartées de la surveillance de la plage.