Le Mont-Blanc, un sommet meurtrier

  • A
  • A
Le Mont-Blanc, un sommet meurtrier
@ MaxPPP
Partagez sur :

La mort de neuf alpinistes s'inscrit parmi les accidents les plus lourds survenus dans ce massif.

Il s'agit de l'avalanche la plus meurtrière de ces dernières années. Jeudi matin, neuf personnes ont péri dans une avalanche au Mont Maudit, dans le massif du Mont-Blanc. On compte également de huit blessés et de nombreux disparus. Retour sur les avalanches les plus meurtrières dans le massif du Mont-Blanc.

24 août 2008 : une avalanche "monumentale". "On était vraiment dedans, on a eu beaucoup de chance". La phrase est signée Nicolas Dusquesne, un des survivants de l'avalanche sur la face nord du Mont-Blanc du Tacul, le 24 août 2008. Ce jour là, une vingtaine d'alpinistes est prise dans une avalanche provoquée par la chute d'un bloc de glace long de 200 mètres et large de 50. Au total, huit alpinistes, trois Suisses, un guide autrichien et quatre Allemands, ont perdu la vie sur ce sommet situé entre l'Aiguille du Midi et le Mont Maudit.

24 juillet 2007 : les alpinistes meurent d'épuisement. Quatre alpinistes, une Néo-Zélandaise, une Française, une Chilienne et un Britannique s'égarent sur l'arête de Bionassay, dans le massif du Mont-Blanc. En grande difficulté pendant quelques jours, les quatre victimes, sous-équipées, ignorent les chutes de neige et le vent violent qui souffle au sommet de l'arête de Bionnassay. Ils ont été retrouvés morts d'épuisement et de froid.

23 juin 2006 : une chute de 300 mètres. Un guide de la compagnie de Megève et deux alpinistes sont découverts morts après avoir dévissé sur 300 mètres en descendant du Mont-Blanc.

17 juillet 2005 : trois alpinistes dévissent. Deux hommes et une femme, membres du Club alpin français du Mans, se tuent dans une chute de 400 mètres en descendant dans la voie des Courtes, dans le massif du Mont-Blanc.

14 juillet 2003 : une chute mortelle dans sur glacier. Six alpinistes, accompagnés par un guide de haute montagne, entreprennent de descendre le versant nord du Mont-Blanc par l'itinéraire classique du glacier des Grands Mulets. Au-dessus d'eux, un bloc de glace de plusieurs milliers de mètres cube se détache alors tuant trois des alpinistes. Les corps de deux des victimes, ensevelis sous des tonnes de glace, ne sont retrouvés que le 16 août suivant.