L’Elysée est-il suffisamment protégé ?

  • A
  • A
L’Elysée est-il suffisamment protégé ?
@ Patrick Kovarik/AFP
Partagez sur :

Mercredi soir, une policière a été renversée par une voiture devant l’Elysée. En dépit du niveau d’alerte maximal du pan Vigipirate, aucun dispositif particulier ne protégeait les rues adjacentes. 

L'info. La piste terroriste semble écartée. Mais alors que le plan Vigipirate est instauré sur le territoire à son plus haut niveau d’alerte, comment le véhicule a-t-il pu s’approcher autant du palais présidentiel ? Explications. 

L'Elysée, un point sensible. "Il y a une faille, bien évidemment ; quand il y a dix-sept morts, c’est qu’il y a eu des failles", avait admis le Premier ministre, Manuel Valls, sur BFMTV, vendredi soir, après les attentats ayant frappé Paris. Très vite, la réponse en matière de sécurité ne s’était pas fait attendre : 88.000 hommes mobilisés sur le territoire national, dont 10.000 militaires pour assurer la sécurité sur les points sensibles. L’Elysée est sans aucun doute l’un de ceux-là, et pourtant, dans la nuit de mercredi à jeudi, cinq individus dans une voiture ont renversé l’une des policières qui montait la garde devant le palais présidentiel.

>> LIRE AUSSI - Policière renversée près de l'Elysée : ce que l'on sait

En ce qui concerne la rue de l’Elysée, par laquelle est arrivé le véhicule, il y a bien un agent de police au bout de celle-ci. Depuis sa guérite, celui-ci peut signaler si une voiture s’engage à contresens.  Une barrière est également placée en début de rue, avec un policier posté à côté. Mais cette barrière peut être contournée, comme l’on fait les jeunes gens qui ont percuté la fonctionnaire de la Compagnie de garde de l'Elysée. Dès lors, il est ensuite possible de longer le palais présidentiel et même d’approcher la grille de l’Elysée. Enfin, deux autres rues qui longent la résidence du président de la République sont librement accessibles aux voitures, même si l’on ne peut pas y stationner.

A ce stade, le système de sécurité est donc loin d’être infaillible. Et pour l’instant, personne ne s’est prononcé sur un renforcement du dispositif. 

>> LIRE AUSSI - Plan Vigipirate : l'Ile-de-France et la Picardie en alerte attentat