Kim Kardashian victime d'une attaque à main armée à Paris : que sait-on ?

  • A
  • A
Kim Kardashian victime d'une attaque à main armée à Paris : que sait-on ?
La star américaine a été attaquée par des hommes "armés et masqués", a indiqué son porte-parole. @ AFP
Partagez sur :

La star américaine a été attaquée dans sa chambre dans la nuit de dimanche à lundi par cinq hommes cagoulés et habillés en policiers.

L'ESSENTIEL

La star américaine Kim Kardashian a été attaquée à main armée par des assaillants dans la nuit de dimanche à lundi, dans une résidence de luxe, au cœur du quartier de la Madeleine dans le 8e arrondissement de Paris, a annoncé sa porte-parole. Selon les informations d'Europe 1, le préjudice subi se monterait à 9 millions d'euros.

Les principales informations à retenir : 

  • À 2h30 du matin, cinq hommes habillés en policiers ont menacé d'une arme puis ligoté la star dans sa chambre d'hôtel du 8e arrondissement.

  • Ils se sont emparés d'une boîte à bijoux pour un montant de 5 millions d'euros et d'une bague de 4 millions d'euros avant de prendre la fuite.

  • Kim Kardashian, "très sonnée", a quitté la France lundi matin après audition par la police.

Ligotée et enfermée dans la salle de bain. Toujours selon nos informations, Kim Kardashian, mariée depuis mai 2014 au rappeur Kanye West, a été attaquée vers 2h30 du matin par cinq hommes masqués et habillés en policiers. Ils ont fait irruption dans sa suite d'un hôtel particulier qui se veut discret, rue Tronchet, dans le quartier de la Madeleine, après avoir menacé le veilleur de nuit. Ce dernier, menotté par les intrus, les a menés sous la menace d'une arme de poing jusqu'à l'appartement de la vedette de la télé américaine.



Les agresseurs ont alors directement menacé la star avec leur arme, l'ont ligotée avant de l'enfermer dans la salle de bain. Ils se sont ensuite emparés d'une boîte à bijoux pour un montant de 5 millions d'euros et d'une bague de 4 millions d'euros. Ils ont alors pris la fuite après avoir enfermé le veilleur de nuit dans la cage d'escalier, menottes au poing et pieds liés. Aucun blessé n'est à déplorer.

Le dispositif de sécurité particulièrement léger. Aucun agent privé n'était présent sur les lieux auprès de Kim Kardashian. D’après nos informations, son garde du corps était en boîte de nuit au moment des faits, pour protéger Kourtney, la sœur de la star. La brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne, qui a été saisie de l'enquête, devra faire face à une difficulté : il n’y a aucune caméra de surveillance dans cet hôtel particulier.

Elle a quitté la France. "Elle est vraiment très sonnée, mais, physiquement, elle est indemne", a déclaré la porte-parole de la star, âgée de 35 ans. Après avoir été entendue par la police, Kim Kardashian a quitté la France tôt lundi matin, a-t-on appris de sources proches du dossier. "Elle a décollé de l'aéroport du Bourget tôt lundi matin", a expliqué l'une de ces sources, sans préciser la destination de l'épouse de Kanye West.

Pour la Semaine de la mode. Le rappeur, lui, a interrompu un concert à New York et s'est éclipsé, après avoir lancé au public "désolé, le concert est fini", évoquant une urgence familiale. Selon ses publications Instagram, Kim Kardashian West était à Paris avec ses sœurs Kendall Jenner et Kourtney Kardashian à l'occasion de la Semaine de la mode, un événement pendant lequel les célébrités se font souvent prêter des bijoux de grande valeur.

Début de polémique sur la sécurité. Sur Europe 1, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite et conseillère Les Républicains de Paris, a estimé que ce braquage démontrait l'"urgence générale" à améliorer la sécurité dans la capitale. Dans un communiqué, la maire PS de Paris Anne Hidalgo a quant à elle tenu à affirmer que l'agression subie par Kim Kardashian était un "acte très rare, survenu dans un espace privé" qui "ne remet(tait) en aucun cas en cause la sécurité de "l'espace public parisien".

Anne Hidalgo a par ailleurs indiqué avoir "toute confiance en les forces de police (...) pour identifier et appréhender rapidement les auteurs" de l'agression. Avant d'adresser un message personnel à l'Américaine : "je tiens à lui dire qu'elle sera toujours la bienvenue à Paris".