Isère : la discussion dégénère après une peine de cœur, un brûlé, un interpellé

  • A
  • A
Isère : la discussion dégénère après une peine de cœur, un brûlé, un interpellé
Le suspect, âgé de 19 ans, a été identifié et placé en garde à vue mardi matin. (Photo d'illustration)@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Un homme a été aspergé d'essence et brûlé à une terrasse de Meylan. Un individu a été placé en garde à vue.

Un homme de 19 ans a été interpellé mardi matin à Grenoble, soupçonné d'avoir aspergé d'essence et mis le feu à un jeune homme lors d'une discussion houleuse la veille sur fond de différend amoureux, a-t-on appris de sources concordantes.

Quatre garçons, la discussion s'envenime. Lundi à Meylan, en Isère, deux amis sont assis sur la terrasse en rez-de-chaussée de l'appartement de l'un d'eux, qui a une nouvelle petite amie. Arrivent alors deux jeunes gens, dont l'ancien compagnon de la demoiselle, qui transporte une bouteille en plastique contenant de l'essence, selon une source proche de l'enquête. Certains se connaissent et la discussion s'engage entre les quatre garçons. Le ton monte et l'ancien petit ami asperge d'essence le camarade du nouvel amoureux, dont la façon de parler lui a déplu. La conversation se poursuit, des provocations fusent et l'ancien amoureux allume son briquet et enflamme l'aspergé. Il prend la fuite avec le jeune homme qui l'accompagnait - mais n'a pas pris part aux faits - tandis que les deux autres rentrent dans l'appartement pour éteindre les flammes, selon la même source.

L'incendiaire placé en garde à vue. C'est alors que l'occupant des lieux s'aperçoit que sa voiture brûle aussi. Les pompiers sont alertés et constatent que si le véhicule est calciné aux deux tiers, le blessé est lui brûlé au second degré sur plusieurs parties du corps (cuisse, hanche, torse et avant-bras). Hospitalisé, le blessé, âgé de 21 ans, est sorti mardi matin avec une interruption de travail de six jours.  L'enquête des gendarmes a rapidement permis d'interpeller l'incendiaire présumé à son domicile et de le placer en garde à vue.