Spectaculaire braquage de bijoux sur l'A6 : ce que l'on sait

  • A
  • A
Spectaculaire braquage de bijoux sur l'A6 : ce que l'on sait
@ AFP
90 partages

INFO E1 - Dans l'Yonne, un commando armé et cagoulé a fait main basse sur le contenu de deux camions blindés. Le préjudice est évalué 9 millions d'euros.

C'est une attaque spectaculaire qui s'est produite sur l'autoroute A6, dans la nuit de mardi à mercredi. Un commando composé d’une quinzaine d'hommes encagoulés et équipés d'armes automatiques a braqué deux camions blindés et banalisés sur l’autoroute A6, dans le sens Paris-Lyon, au niveau de la barrière de péage d'Avallon, dans l’Yonne, selon les informations recueillies par Europe 1.

Le butin est principalement composé de bijoux, pour un préjudice estimé à 9 millions d’euros, selon les premiers éléments.

11.03-sortie.avallon.1280

© Capture Google Maps

Des braqueurs très bien renseignés. Selon les informations d'Europe 1, ces voleurs étaient parfaitement renseignés et préparés. Dans les faits, les deux camions de la société de transport de fonds Témis, qui convoyaient des bijoux, ne roulaient pas ensemble. L'un était parti de région parisienne, l'autre de Besançon. Les deux chauffeurs s'étaient donné rendez-vous sur le chemin, au péage d'Avallon.

Les convoyeurs devaient s'échanger leur véhicule à cet endroit, pour ainsi rentrer chez eux après le transport. Et là, lors de cet échange, vers minuit, que les malfaiteurs sont passés à l'action.

Des camions éventrés à coups de pelleteuse. Dès que les convoyeurs sont descendus de leurs cabines respectives, un commando d'une quinzaine d'hommes encagoulés et armés a surgi. Sous la menace d'armes automatiques, les employés et leurs camions sont conduits à quelques centaines de mètres, à proximité d'une pelleteuse. Là, d'après les informations recueillies par Europe 1, les braqueurs ont littéralement éventré les poids-lourds blindés et défoncé les tôles à coups de pelleteuse, afin de récupérer la précieuse cargaison.

12.03-braquage.2.1280

© AFP

Les malfaiteurs prennent ensuite la fuite dans la direction de Paris et abandonnent, 50 km plus loin, deux utilitaires qu'ils ont pris soin d'incendier, avant de s'évanouir dans la nature.

Un mode opératoire marque de "pros". La Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris a été saisie de l'enquête, finalement confiée à l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) de la Direction centrale de la police judiciaire. En effet, étant donné le niveau de préparation, d'équipement et de renseignement des braqueurs, les investigations s'orientent tout naturellement vers le milieu du grand banditisme.