Il frôle la mort pour sauver une jeune fille d'une agression

  • A
  • A
Il frôle la mort pour sauver une jeune fille d'une agression
Une voiture de police (photo d'illustration)@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Aujourd'hui, ce marseillais de 27 ans, lardé de coups de couteau, souffre de graves séquelles, mais ne regrette rien.

Il a frôlé la mort en tentant de sauver une jeune fille d'une violente agression. Un père de famille de 27 ans est spontanément allé porter secours à une jeune femme en train de se faire agresser, samedi, à Marseille. Aujourd'hui, l'homme, lardé de coups de couteau, souffre de séquelles irréversibles, mais ne regrette rien.

>> Europe 1 est allée lui rendre visite sur son lit de l'hôpital de la Timone, à Marseille.

"Je me suis presque vidé de mon sang". Il porte toujours les stigmates de son agression : des pansements sur tout le corps, des points de sutures au torse, au dos, aux épaules, aux mollets. Le résultat des multiples coups de couteau reçus en plein jour, devant témoins, à deux pas d'une station de métro. Et surtout, sans que personne ne vienne à son secours, ni à celui de cette jeune fille agressée par deux individus.

Mais Lamjed, père de famille de deux enfants, lui, n'a pas hésité une seconde, loin d'imaginer les conséquences de son geste héroïque. "Je suis arrivé en sang, je n'étais pas conscient, je me suis presque vidé de mon sang. Je ne regrette pas, quand j'ai vu cette petite fille, c'est comme si je voyais ma petite sœur. J'aimerais que tout le monde fasse ça. S'il fallait le refaire je recommencerais, mais cette-fois, je vais penser à mes filles et à ma famille", prévient-il.

"Personne n'a bougé le petit doigt". Avant de décrire la scène, violente : "l'un a essayé de lui mettre une gifle, l'autre a sorti un couteau et a dit : 'vas-y fais lui une balafre sur la joue'. C'était violent. Une vingtaine de personnes regardaient. On aurait dit qu'ils regardaient un film, une aventure. Pourtant, il y avait quelqu'un en fasse d'eux qui a failli perdre la vie. Ils me voyaient saigner et personne n'a bougé le petit doigt", raconte-t-il. Pendant qu'il se faisait agresser, la jeune fille a pu s'échapper, et se mettre en sécurité. Lamjed, lui, s’est écroulé sur un banc, avant que les secours arrivent et le transportent à l'hôpital de la Timone, où il se trouve toujours.

Elle lui rend visite à l'hôpital. Lamjed, touché au poumon, a désormais des difficultés pour respirer et conservera sans doute des séquelles. Ce qui le soulage : la jeune fille est venue à son chevet pour le remercier. Et les deux suspects de 16 et 17 ans, interpellés quelques minutes après les faits, sont désormais en prison.