Hyper Cacher : que sait-on des instructions reçues par Coulibaly ?

  • A
  • A
Hyper Cacher : que sait-on des instructions reçues par Coulibaly ?
@ AFP
Partagez sur :

L'auteur des attaques de Montrouge et de l'Hyper Cacher a notamment reçu un email lui indiquant la marche à suivre, le jour même de son premier passage à l'acte.

C'est un simple email jeté à la corbeille qui donne un nouvel éclairage aux attentats de janvier. Selon les informations de BFMTV, dont Europe 1 a obtenu confirmation, Amedy Coulibaly, auteur de la tuerie de Montrouge et de l'Hyper Cacher, avait reçu un message lui indiquant la marche à suivre dans son projet de passage à l'acte terroriste. Preuve qu'il avait préparé avec des complices et des donneurs d'ordre ses attaques terroristes. Une information déjà évoquée en mai dernier par le procureur de Paris, François Molins. 

Ce courriel lui est parvenu le jour de l'attaque de Montrouge, à la veille de celle de l'épicerie casher. Le mystérieux expéditeur de ce message lui demande de "travailler tout seul", d'"aller au plus facile et plus sûr" et de "recommencer plusieurs fois".

Frapper "dans la grande ceinture". Les enquêteurs ont retrouvé la trace de ce message dans le disque dur de l'ordinateur portable d'Amedy Coulibaly, saisi après l'assaut de l'Hyper Cacher, sur les lieux du crime, le 9 janvier dernier. Ce courriel est arrivé sur une des messageries en ligne de Coulibaly, le 8 janvier, à 17h21. Il est mis à la corbeille à 19 heures, comme demandé par son interlocuteur.

"Si possible trouver et travailler avec zigoto". Ce mystérieux commanditaire semble bien connaître la capitale. Il lui conseille de frapper "peut-être (dans la) grande ceinture si problème au centre". Avant d'ajouter : "c'est toi qui vois le mieux". Ce message prouve une nouvelle fois les liens de Coulibaly avec d'éventuels complices et peut-être les frères Kouachi : "si possible trouver et travailler avec zigoto", poursuit le courriel, utilisant un nom de code qui pourrait désigner les auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo le 7 janvier. Enfin, cet homme lui demande de tourner une vidéo de revendications. Un message qui démontre une préméditation, une coordination et l'existence d'un donneur d'ordre, probablement basé en Syrie.

"Attendre les indications". D'autres messages ont été découverts sur l'ordinateur du terroriste. Selon nos informations, le 7 janvier, le jour de l'attentat à Charlie Hebdo, un correspondant conseille à Amedy Coulibaly "de dormir, de se planquer, et d'attendre les indications" pour la suite. Le complice ajoute qu'il a de nombreuses armes : "j'ai un AK74, six Tokarev et trois gilets pare-balles".

Le sort d'Hayat Boumeddiene en Syrie. Selon nos informations, Amedy Coulibaly avait également envoyé plusieurs emails vers la Syrie, en décembre. Des conversations dans lesquelles Coulibaly évoque sa compagne Hayat Boumeddiene, en demandant de prendre soin d'elle. On sait aujourd'hui que la jeune femme a rejoint la Syrie dans les jours qui ont précédé les attentats.

Des techniques de communication très sophistiquées. Des experts informatiques travaillent sur ces fichiers depuis plusieurs mois. Certains sont "cryptés" et contiennent des pièces jointes qui restent pour l'heure indéchiffrables. Car le terroriste a utilisé des méthodes très sophistiquées pour échanger avec ses donneurs d'ordre. Amedy Coulibaly possédait au moins sept adresses mails à lui et cinq autres dont il partageait l'accès avec des complices. Pour brouiller les pistes, l'auteur de la tuerie de Montrouge et de l'Hyper Cacher utilisait également des serveurs Internet basés partout dans le monde, du Danemark, aux Etats-Unis, en passant par les Pays-Bas et la Turquie.

Il s'offre un lave vaisselle et une console. Les enquêteurs ont aussi épluché les dépenses d'Amedy Coulibaly. Fin décembre, il achète des gants noirs et deux sacs de sport. Plus surprenant, les jours précédents son forfait, il s'offre également un lave-vaisselle et des meubles en kit pour 2.000 euros. Sans oublier de se faire plaisir avant Noël en se procurant un smartphone et une console de jeu derniers cris.