Hérault : l'état de catastrophe naturelle va être décrété

  • A
  • A
Hérault : l'état de catastrophe naturelle va être décrété
@ MaxPPP
Partagez sur :

INTEMPÉRIES - A la suite des pluies diluviennes qui frappent l'Hérault depuis lundi, l’État va placer "une soixantaine de communes" en état de "catastrophe naturelle".

L'INFO. L'État va placer "une soixantaine de communes" en état de "catastrophe naturelle" à la suite des pluies diluviennes qui frappent l'Hérault depuis lundi, a annoncé Bernard Cazeneuve mardi sur RTL. "Nous déclencherons pour une soixantaine de communes le dispositif de catastrophe naturelle" mercredi à l'occasion du conseil des ministres, a indiqué le ministre de l'Intérieur qui va se rendre sur place pour rencontrer les élus et "les forces mobilisées" ayant effectué plus de 1.200 interventions.

>> LIRE AUSSI - Intempéries : Montpellier coupée du monde 

Météo France mise sur une amélioration. Quelque 4.000 personnes ont passé la nuit de lundi à mardi dans des gares, des gymnases ou même des collèges. Mais l'heure était toutefois à l'accalmie. Météo France a rétrogradé l'Hérault en vigilance orange, contre rouge la veille, prévoyant désormais une fin de phénomène vers 13h. L'amélioration concerne également le trafic ferroviaire, qui reprenait  progressivement mardi midi, et devrait retrouver une allure normale d'ici à la fin de journée, a annoncé un représentant de la SNCF.

Un record de précipitations à Montpellier. Quelque 300 mm de précipitations - soit 300 litres par mètre carré - sont tombées lundi en quelques heures sur Montpellier, soit un record depuis les premiers relevés datant de 1957. Au plus fort de ces averses orageuses, qui ont entraîné de fortes inondations dans la ville, 90 mm de pluies sont tombés en une heure. L'essentiel de ces précipitations est tombé lundi entre 15het 18h. Cet épisode cévenol est le deuxième en dix jours dans la région, après celui qui avait fait cinq morts dont quatre morts à Lamalou-les-Bains et un dans l'Aveyron.

>> LIRE AUSSI - Crue mortelle à Lamalou-les-Bains : "ça aurait pu être évité"