Hautes-Alpes : ce que l'on sait de l'agression d'une mère et de ses trois filles

  • A
  • A
Hautes-Alpes : ce que l'on sait de l'agression d'une mère et de ses trois filles
L'agression a eu lieu au village vacances VVF de Laragne, au nord de Sisteron, dans les Hautes-Alpes.@ Capture Google street view
Partagez sur :

Un homme de 37 ans a donné mardi matin plusieurs coups de couteau à une femme et ses trois filles dans un village de vacances des Hautes-Alpes. 

Une agression a eu lieu mardi matin dans un village vacances VVF de Laragne, au nord de Sisteron, dans les Hautes-Alpes. Une mère de famille de 46 ans et trois jeunes filles, âgées de 8, 12 et 14 ans, ont été agressées à l'arme blanche par un homme de 37 ans. 

Le suspect, un Marocain domicilié dans les Yvelines, logeait avec sa famille dans un bungalow mitoyen de celui de ses victimes et partageait la même terrasse. Il a été arrêté et placé en garde à vue. Une cellule psychologique a été mise en place dans le VVF, qui compte une quarantaine de logements, pouvant accueillir environ 180 personnes.

Que s'est-il passé ? Selon le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, l'homme "s'est précipité sur la terrasse" où les enfants prenaient leur petit-déjeuner et "a porté des coups de couteau aux trois enfants". La mère de 46 ans a également été blessée. Alors qu'il avait pris la fuite, l'agresseur a été interpellé par des gendarmes réservistes puis placé en garde à vue. Il devait subir une expertise psychiatrique dans l'après-midi.

Qui est l'agresseur présumé ? L’agresseur présumé, de nationalité marocaine, réside avec sa famille dans les Yvelines. Il est connu des services de police pour des faits de droit commun, dont le plus récent date de 1999, mais pas des services de renseignement, selon une source proche de l'enquête.

Qui sont les victimes ? La famille victime de l’agression est originaire de la région de Nantes et avait l’habitude de venir dans ce village vacances des Hautes-Alpes. 

Sont-elles hors de danger ? La plus jeune des filles a été héliportée en état d'urgence absolue vers l'hôpital de Grenoble, où elle a été opérée. "Elle est hors de danger et pourrait rapidement sortir de l'hôpital", selon le procureur. Les deux autres jeunes filles, blessées plus légèrement, ont été héliportées vers l'hôpital de Gap. La mère, poignardée au niveau du sternum, a été évacuée également à Gap. Le pronostic vital des victimes ne serait pas engagé.

Quel est le mobile ? Le mobile de l'agression restait "un grand point d'interrogation" mardi après-midi, l'auteur des coups n'ayant rien dit au moment de son agression, selon le procureur. Des témoignages ont évoqué une altercation à propos de la tenue vestimentaire des victimes, trop légère aux yeux de l'homme de 37 ans. Mais pour l'heure, le lien n'est pas établi entre cette discussion et le coup de folie qui a suivi. Le suspect n'a pas encore été interrogé.

"En aucun cas, d'après ce qui a été rapporté, l'intéressé n'aurait eu des propos reprochant la tenue vestimentaire des victimes au moment de l'agression", a souligné Raphaël Balland, qualifiant ces propos de "rumeur". Le suspect avait fait un malaise vagal lundi et avait été secouru par la famille des victimes, sans que l'on sache si cela a un lien avec les faits. Aussi, le procureur a précisé que les deux familles avaient eu des contacts réguliers depuis leur arrivée au VVF samedi dernier.