Haute-Corse : cinq blessés dans une rixe, une centaine de policiers mobilisés

  • A
  • A
Haute-Corse : cinq blessés dans une rixe, une centaine de policiers mobilisés
Image d'illustration.@ PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

La rixe a éclaté dans une crique. Une centaine d'habitants s'étaient attroupés sur les lieux nécessitant l'intervention de "100 policiers et gendarmes".

Cinq personnes ont été blessées lors d'une "violente rixe" samedi soir à Sisco en Haute-Corse, à laquelle ont mis fin une centaine de policiers et gendarmes.

Circonstances à déterminer. La rixe, qui a eu lieu dans une crique, impliquait un groupe de jeunes Corses résidant dans la commune de Sisco et de jeunes Maghrébins, selon France 3 Corse, qui précise que les jeunes ont été blessés à l'arme blanche et qu'un des jeunes Maghrébins se trouvait en état d'urgence vitale. "Dans des circonstances et pour des motifs que l'enquête devra déterminer avec précision, une violente rixe a éclaté ce soir à Sisco entre des riverains et un groupe d'une dizaine de personnes extérieures à la commune", a expliqué Bernard Cazeneuve dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche.

Quatre blessées. Les personnes blessées, dont une femme enceinte, ont été évacuées vers le centre hospitalier de Bastia. "Leur pronostic vital n'est pas engagé. Trois véhicules ont été incendiés, provoquant de fortes perturbations de la circulation et un début de feu de végétation rapidement circonscrit", a précisé le ministre de l'Intérieur, condamnant ces violences et appelant au calme.

Une centaine de policiers et gendarmes. Selon France 3 Corse, une centaine d'habitants de Sisco se sont attroupés sur les lieux, provoquant d'importants mouvements de foule, et les véhicules incendiés appartenaient aux jeunes Maghrébins. Le calme est revenu suite à l'intervention de "100 policiers et gendarmes", précise le communiqué de M. Cazeneuve, et la section de recherches d'Ajaccio a été saisie de l'enquête. Samedi soir, le parquet n'avait pas pu être contacté, la préfecture et les forces de l'ordre n'ont pas souhaité donner de détails sur la nature de l'altercation.