Favoritisme présumé : les gardes à vue de Peltier et Alvès levées

  • A
  • A
Favoritisme présumé : les gardes à vue de Peltier et Alvès levées
@ REUTERS
Partagez sur :

Le responsable de l’UMP, Guillaume Peltier, et le cofondateur de Bygmalion, Guy Alvès, avaient été placés en garde à vue jeudi matin à Nice.

L'INFO. Le responsable de l'UMP, Guillaume Peltier, et le cofondateur de Bygmalion, Guy Alvès, ont été placés en garde à vue jeudi matin à Nice, selon les informations de France 3, dont Europe 1 a eu confirmation. Les enquêteurs de la brigade économique et financière sont chargés d'un dossier de soupçons de "délit de favoritisme" et "prise illégale d’intérêts". Les deux hommes sont ressortis libres, en milieu d'après-midi. "Mon innocence est évidente et le dossier est si vide que ma garde à vue a été interrompue après cinq heures par le procureur de la République. Aucune charge n'a été retenue contre moi dans ce dossier, où ma société est irréprochable", "pour une étude qui a rapporté 140 euros de bénéfice avant impôt", s'est défendu Guillaume Peltier.

Deux contrats suspectés. La justice enquête sur deux contrats passés par la mairie de Menton avec les sociétés Bygmalion, cofondée par Guy Alvès, et Com1+, fondée par Guillaume Peltier. Des contrats qui avaient déjà fait l’objet d’une plainte. En décembre 2012, l’association Anticor avait porté plainte pour “délit de favoritisme” contre le député-maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal, révélait à l’époque Marianne

En septembre 2012, la mairie de Menton avait engagé Bygmalion pour réaliser “un audit de communication accompagné de recommandations stratégiques”, expliquait l'hebdomadaire. De l’autre côté, COM1+ avait été chargée de mener une évaluation et “un suivi des politiques publiques municipales. Deux missions commandées pour un montant légèrement inférieur à 15.000 euros.

Un marché fractionné pour éviter les appels d'offres ? Si elles dépassent ce seuil de 15.000 euros, les mairies sont dans l’obligation d’émettre un appel d’offres. Les enquêteurs soupçonnent donc la mairie de Menton d'avoir coupé artificiellement en deux un marché attribué à Com1+ et Bygmalion, afin d'éviter une procédure d'appel d'offres.

Des perquisitions menées en juin. "Cette audition était prévue", a fait savoir au Monde l'entourage de Guillaume Peltier, qui précise que cette garde-à-vue "n'a aucun rapport avec l'affaire Bygmalion", en référence au système de fausses factures présumées qui éclabousse l'UMP. Le domicile de Guillaume Peltier dans le Loir-et-Cher avait été perquisitionné le 3 juin. Un jour plus tard, les locaux de Bygmalion étaient à leur tour perquisitionnés.

>> LIRE AUSSI - Affaire Bygmalion : les épisodes d'une tragédie politique

La député-maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal, pourrait être le prochain à être entendu. Mais si les enquêteurs souhaitent l’entendre sous le régime d’une garde-à-vue, ils seront obligés de lever son immunité parlementaire.