Incendie en Gironde : "amélioration de la situation"

  • A
  • A
Incendie en Gironde : "amélioration de la situation"
Plusieurs centaines d'hectares de pinède sont partis en fumée en raison de plusieurs incendies@ AFP
Partagez sur :

L'incendie qui a dévasté, en trois jours, près de 600 hectares de forêts près de Bordeaux n'était toujours pas entièrement éteint dimanche soir.

L'ESSENTIEL

Dimanche a marqué le troisième jour de lutte contre l'incendie qui a déjà dévasté entre 560 et 580 hectares de forêts, près de Saint-Jean-d'Illac (20 km au sud-ouest de Bordeaux). Après s'être stabilisé dans la matinée, le feu a repris une légère progression dans l'après-midi mais la préfecture a évoqué en soirée une "amélioration de la situation". Conditions météos "défavorables" obliges, une troisième nuit de lutte attendait toutefois les quelque 650 pompiers ou militaires de la Sécurité civile qui se relayent, dont 300 renforts acheminés depuis samedi de toute la France.

>>> Les informations à retenir :

• Une "amélioration de la situation" a été constatée dimanche soir

• 600 pompiers étaient encore mobilisés dimanche

• Au moins 600 foyers ont déjà été évacués "par précaution"

• Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place dimanche matin

Une lutte pied à piedDans l'après-midi de dimanche, 250 de ces soldats du feu ont été directement engagés, épaulés jusqu'à la nuit par sept avions, dont quatre Canadair et un Dash, pour attaquer immédiatement les reprises de flammes. Ils ont traité les zones, brûlées ou intactes, pour assurer "que le feu n'ait rien à manger", selon l'expression d'un pompier. Livrant un bras-de-fer avec les pompiers, le feu avait été stabilisé avant l'aube dimanche, mais le préfet d'Aquitaine et de Gironde, Pierre Dartout, annonçait dans l'après-midi "des rafales de vent plus fortes" et un feu "progressant de nouveau, avec des sautes répétées et traitées immédiatement". En soirée, il a pu de nouveau parler de "feu stabilisé". "Malgré des conditions météo défavorables, l'ensemble des moyens mis en oeuvre, tant terrestres qu'aériens, nous ont permis d'améliorer la situation" avec entre 560 et 580 hectares brûlés, une "augmentation relativement mesurée" par rapport au matin (530 hectares).

Dimanche soir, les conditions météo restaient toutefois "défavorables", selon la préfecture, même si une brève bruine amenait de la fraîcheur.



Des gardes à vue pour un autre feu. Bernard Cazeneuve s'est pour sa part rendu en Gironde dimanche matin, pour visiter le PC opérationnel, rencontrer des pompiers et des habitants évacués. Le ministre de l'Intérieur a salué samedi les "acteurs engagés sans relâche sur le terrain" et les a assurés "de la solidarité nationale pour lutter contre ces feux". Il a annoncé "des gardes à vue pour des feux qui sont intervenus ces jours derniers dans le Médoc". Samedi, deux Canadair ont dû être détournés du terrain de Saint-Jean-d'Illac pour maîtriser un feu à Naujac-sur-Mer.



Les évacués ne peuvent toujours pas rentrés.  Aucune nouvelle évacuation n'était envisagée dimanche soir. Près de 600 personnes avaient dû quitter vendredi ou samedi des quartiers menacés de Pessac et Saint-Jean d'Illac, en grande majorité relogées chez des parents ou amis. Mais, "au nom du principe de précaution", "pas question qu'elles puissent réintégrer leur maison" dimanche soir, a affirmé le préfet. Il a par ailleurs décidé "une zone d'interdiction temporaire de survol" aux abords de l'incendie, après que des survols de drone ont été signalés, des images aériennes du feu circulant sur internet.



Un feu d'origine encore indéterminée. La gendarmerie était chargée de l'enquête sur l'origine du feu. Criminelle, accidentelle, mégot de cigarette... Aucune piste n'est écartée. Mais la rapidité avec lequel le feu a pris de l'ampleur a dès le début intrigué les secours. Un journaliste de TF1 a filmé le feu depuis le ciel :



L'incendie de Saint-Jean-d'Illac est le plus important depuis trois ans en Gironde, département recouvert à plus de 45% de forêt, au coeur du massif forestier de Gascogne (1 million d'hectares), et ou les multiples départs de feu l'été en une journée ne sont pas rares. En août 2012, un incendie avait détruit plus de 650 hectares de pinède près de Lacanau, sans faire de victimes.