Femmes voyous : une réalité longtemps méconnue ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, les journalistes Maria Poblete et Frédéric Ploquin ont raconté leur rencontre avec des femmes hors la loi.

"Quand on regarde de près, il n'y a pas un voyou qui fonctionne sans une femme ou deux femmes derrière." Le journaliste Frédéric Ploquin travaille depuis plus de vingt ans sur le milieu du banditisme. Après plusieurs tomes consacrés aux voyous hommes, il lui a semblé nécessaire de co-écrire un livre sur les "voyouses", intitulé Femmes hors la loi. "On ne parlait jamais d'elles, probablement parce que les hommes les cachaient", a-t-il expliqué dans Europe 1 Social Club.

"Elles ont encore du mal à commander". "Sœurs, maîtresses, épouses" de voyous, les femmes sont aussi maintenant sur le devant de la scène du grand banditisme. "Dans la machinerie et la mécanique générale de la voyoucratie, les femmes sont là", constate le journaliste. Parfois, elles occupent même le premier rôle. C'est par exemple le cas d'une parisienne. "Une dealeuse de cocaïne nous a raconté qu'elle avait ouvert son propre bar à Paris et comment, derrière son comptoir, c'était elle qui distribuait les boissons en même temps que la drogue", décrit le journaliste.

"Elles veulent faire la loi !". "Occuper le devant de la scène du banditisme quand on est une femme, "ce n'était pas du tout le cas avant", confie Maria Poblete. "Elles ont encore du mal à commander maintenant", précise la journaliste, mais certaines le font. La journaliste a d'ailleurs donné un exemple concernant des femmes emprisonnées à la prison de Rennes. "Elles sont capables de commander les surveillantes ou les majors quand ce sont des hommes (...) Elles veulent faire la loi !", a raconté la journaliste.