Dijon : l'explosion due à une tentative de suicide au gaz

  • A
  • A
Dijon : l'explosion due à une tentative de suicide au gaz
Les pompiers se sont activés toute la journée dans les décombres de l'immeuble.@ ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Partagez sur :

L'explosion a causé l'effondrement d'un immeuble, faisant au moins 20 blessés dont deux en urgence absolue.

Le "comportement suicidaire" d'un quinquagénaire semble être à l'origine d'une violente explosion vendredi dans un immeuble de Dijon, qui a fait au moins 20 blessés, dont deux en urgence absolue. "Quand il a été sorti des décombres, l'homme, l'un des deux dont le pronostic vital est engagé, a raconté spontanément être responsable de l'explosion au gaz", a déclaré lors d'une conférence de presse le vice-procureur Jean-Luc Chemin.

L'homme avait déjà tenté de se suicider. Walid Ben Habib, son voisin, décrit le responsable présumé des faits comme un "homme entre 50 et 60 ans qui était très mal après un chagrin d'amour". Le vice-procureur a précisé que le quinquagénaire, connu de la justice pour des condamnations anciennes, notamment des délits routiers, avait été secouru par la police "quelques jours auparavant" après une tentative de suicide, l'homme s'étant tailladé les poignets. 

Une enquête, confiée à la sûreté départementale, a été ouverte pour "destruction volontaire par moyens dangereux ayant entraîné des blessures". Ce crime est passible d'une peine de quinze ans de réclusion. Si un blessé venait à succomber, la peine encourue serait alors la réclusion à perpétuité.

Des chiens aident aux recherches. Selon le parquet, l'immeuble, de construction ancienne, comprenait "26 logements, dont plusieurs ont été complètement détruits". Dans l'après-midi, les secours, aidés d'une équipe cynophile, exploraient toujours les décombres de ce bâtiment de deux niveaux, en partie effondré, à le recherche d'éventuelles victimes. Le bilan, toujours provisoire, s'élève donc à 20 victimes, dont deux en urgence absolue, douze blessés légers et six en état de choc, selon Pauline Jouan, directrice de cabinet de la préfète de Côte-d'Or. Aucun enfant ne figure parmi les victimes.

Une soixantaine de pompiers et une quinzaine de personnels du SAMU ont été mobilisés. L'immeuble n'était pas raccordé au réseau du gaz de ville, selon les pompiers. Mais le directeur départemental de la Sécurité publique, Thierry Allende, a précisé que "des bouteilles de gaz" avaient été découvertes dans les décombres. Très rapidement après l'explosion, la procureure de Dijon, Marie-Christine Tarrare, avait "exclu tout acte terroriste", privilégiant déjà l'hypothèse d'une tentative de suicide au gaz d'un habitant de l'immeuble. La rue Pierre Palliot où est survenue de l'explosion, située dans le quartier de la gare, a été fermée pendant une partie de la journée.