Etats-Unis : il avait confessé son meurtre sur Facebook, un jury le condamne

  • A
  • A
Etats-Unis : il avait confessé son meurtre sur Facebook, un jury le condamne
Derek Medina avait annoncé le meurtre de sa femme sur Facebook.@ WALTER MICHOT / POOL / AFP
Partagez sur :

Un homme qui avait annoncé sur Facebook avoir tué sa femme avant de se rendre à la police a été reconnu coupable mercredi de meurtre par un jury américain. 

"Je vais aller en prison ou être condamné à mort parce que j'ai tué ma femme, je vous aime mes amis, vous allez me manquer, prenez soin de vous, amis de Facebook, vous allez me voir aux infos", avait écrit sur son profil Derek Medina, 33 ans aujourd'hui, juste après avoir tué sa femme en août 2013 dans leur cuisine.

Victime de mauvais traitement ? "Ma femme me frappait et je ne vais plus tolérer ces abus alors j'ai fait ce que j'ai fait. J'espère que vous me comprendrez", avait-il ajouté à propos de son épouse, Jennifer Alonso, 27 ans. Ses avocats avaient plaidé la légitime défense, assurant que Derek Medina avait tiré sur sa femme après des années de mauvais traitements et alors que cette dernière brandissait un couteau en pleine dispute. 

Huit tirs sur sa femme. L'accusation a quant à elle avancé que la dispute puis le meurtre avaient suivi l'annonce par Jennifer Alonso qu'elle voulait quitter son mari. Elle a souligné l'acharnement de ce dernier, qui a tiré huit fois sur sa femme. 

Jusqu'à la perpétuité. Après six heures de délibérations, le jury d'un tribunal de Miami, en Floride, l'a finalement reconnu coupable mercredi. Derek Medina est resté impassible à l'écoute de ce verdict qui pourrait mener à une peine de prison à perpétuité. La condamnation sera prononcée ultérieurement. 

La fille de Jennifer Alonso, alors âgée de dix ans, se trouvait dans l'appartement lors du meurtre de sa mère. Des agents étaient allés la chercher lorsque Derek Medina s'était présenté dans un commissariat pour confesser le crime et révéler que le corps de sa femme se trouvait toujours par terre chez lui.